Économie et technologie de 1880 à 1945 PDF

Les instruments de précision et les montres sont une composante importante économie et technologie de 1880 à 1945 PDF l’industrie suisse. Le taux de chômage y est structurellement bas, de même que le taux d’inflation.


Les fouilles réalisées près de la région de La Tène indiquent que les tribus nomades établies dans l’arc jurassien s’adonnaient à une forme primitive de commerce avec le reste du monde celte. Dans les régions montagneuses, l’agriculture laisse peu à peu sa place à l’élevage, aussi bien pour couvrir les besoins locaux que pour l’exportation de laine, viandes, fromages ou peaux. Pont du Diable sur la route du Gothard par J. La performance industrielle de la Suisse reste médiocre durant le Moyen Âge, à l’exception des villes de Fribourg et Saint-Gall qui se spécialisent dans l’industrie textile. Le secteur agricole fait encore vivre la majorité de la population — dont les conditions de vie se sont détériorées en regard des villes — et constitue le noyau économique presque exclusif de certains cantons. Dès la fin du Moyen Âge, c’est toutefois l’aristocratie urbaine qui possède en grande partie la propriété des terres et tente de tirer le maximum de profits du travail paysan. Europe, à Genève puis à Neuchatel.

Dès 1720, Genève compte 7 usines. L’abolition des corporations sous la République helvétique est promulguée alors que les premières fabriques mécanisées le long des rivières de Suisse alémanique apparaissent. La dispersion des sites pousse par ailleurs les fabriques à chercher leur prospérité sur des créneaux de spécialisation hautement qualifiés. De nouveaux secteurs voient le jour comme la chimie, qui travaille d’abord à la teinte des tissus avant de se lancer dans la pharmacologie, l’agroalimentaire, l’électrotechnique, etc. 1914, alors que la production s’accroît grâce à la hausse de la productivité favorisée par l’introduction des machines, la mise en place de coopératives, la formation professionnelle, etc. Le tout est alimenté par un secteur bancaire qui continue de se structurer au niveau national et qui rassemble désormais l’épargne individuelle et l’investissement industriel.