Alberto Giacometti : Le Colossal, la mère, le sacré PDF

Alberto Giacometti naît en 1901 en Suisse, dans le canton des Grisons. Il est l’aîné de quatre enfants. Son père, Alberto Giacometti : Le Colossal, la mère, le sacré PDF Giacometti, lui-même peintre, le pousse à s’intéresser à l’art.


Il fréquente l’atelier d’Antoine Bourdelle, à l’Académie de la Grande Chaumière, à Montparnasse. Ses sculptures sont en plâtre, ensuite parfois peintes ou coulées en bronze, technique qu’il pratiquera jusqu’à la fin de sa vie. Son frère Diego le rejoint de façon permanente en 1930. Bien que l’essentiel de sa production soit fait à Paris, Giacometti retourne régulièrement en Suisse où il travaille dans l’atelier de son père à Maloja, hameau de Stampa. Giacometti se rapproche des surréalistes et expose, à partir de 1930, aux côtés de Joan Miró et Jean Arp, à la galerie Pierre avec laquelle il a passé un contrat en 1929. Le Palais à 4 heures du matin à propos duquel il publie un texte capital.

L’inquiétude, l’onirisme, l’incertitude, la violence sont les caractéristiques des sculptures de cette époque : Cube, Femme qui marche, Femme couchée qui rêve, Femme égorgée, Cage, Fleur en danger, Objet désagréable à jeter, Table, Tête crâne. Exclu du groupe surréaliste en 1935, Giacometti garde toutefois des relations amicales avec Michel Leiris et Georges Limbour, et ses sculptures ne cesseront d’être présentées dans les diverses expositions surréalistes. 1935, Giacometti délaisse l’anecdote et les titres littéraires pour poursuivre une quête de la représentation de la réalité, produisant des séries de têtes pour lesquelles posent son frère et un modèle. En décembre 1941, il quitte Paris pour Genève. Il travaille dans une chambre d’hôtel, poursuivant la production des sculptures minuscules commencée à Paris.