Analyse économique et historique des sociétes contemporaines PDF

France depuis la loi sur la propriété intellectuelle analyse économique et historique des sociétes contemporaines PDF 1957. Article détaillé : Histoire du droit d’auteur.


Pour affronter l’épreuve d’analyse économique et historique des sociétés contemporaines (AEHSC) des concours d’entrée dans les grandes écoles de commerce, les candidats des classes préparatoires doivent possédant beaucoup de connaissances, comprendre les mécanismes et les oppositions entre les écoles de pensée, et maîtriser l’art de la problématisation. C’est en outre l’occasion d’évaluer leur culture générale en sciences sociales (économie, sociologie, histoire ‘les faits). Afin de permettre aux étudiants de structurer et compléter leurs savoirs, ce manuel se conforme scrupuleusement au programme officiel des deux années des classes préparatoires en AEHSC ainsi qu’en microéconomie, comptabilité nationale et macroéconomie, matières enseignées en complément et évaluées à l’entrée de certaines écoles. Beaucoup de points sont abordés sous une forme problématisée, fournissant ainsi des pistes pour la construction des dissertations. L’index de plus de 2 500 entrées, dont plus de 500 noms d’auteurs, l’indication des dates de ceux-ci dans le texte, le renvoi à plus de 350 oeuvres contribuent à faire de cet ouvrage un outil de référence pour accompagner le travail au quotidien. Ce contenu typé « culture générale » répond également aux besoins des étudiants en économie, en sociologie et en IEP, et des candidats aux concours (Capes, cadre A de la fonction publique). Le citoyen curieux trouvera dans ce livre les repères spatiaux et temporels nécessaires pour appréhender son environnement socio-économique et les enjeux politiques fondamentaux d’aujourd’hui.

Les œuvres littéraires et musicales sont le plus souvent transmises oralement, alors que leur reproduction est réservée aux rares personnes qui maîtrisent l’écrit. En Europe, le développement de l’imprimerie par Gutenberg, vers 1450, permet une plus large diffusion des œuvres et la généralisation de l’accès à l’écrit. Ce privilège de copie permet à la monarchie d’exercer un certain contrôle sur la diffusion de la pensée. Cela explique l’écart existant dès l’origine entre les fondements philosophiques du copyright et ceux du droit d’auteur continental. L’auteur jouit à cette époque d’un monopole de 14 ans, renouvelable une fois sur la reproduction de ses créations. Il ne s’agit pas seulement de protéger les revenus de l’auteur mais aussi l’intégrité de son œuvre contre les dénaturations fréquentes introduites à l’époque dans l’interprétation par les acteurs et dans l’impression par les imprimeurs. L’idée de protéger l’œuvre de l’esprit, que l’on retrouve chez plusieurs penseurs de cette époque, comme du siècle précédent, est tout à fait présente dans l’innovation de Beaumarchais.

24 juillet 1793 accordent aux auteurs le droit exclusif d’autoriser la reproduction de leurs œuvres pendant toute leur vie puis aux héritiers pendant une durée de cinq ans. On quitte progressivement le terrain du support matériel, de la copie, du papier et de l’encre pour considérer l’œuvre de l’esprit, quelle que soit sa forme. Les débats animés autour de cette question furent interrompus par la guerre en 1939. Sera néanmoins conservée l’idée d’un droit moral perpétuel et imprescriptible tel qu’il existe aujourd’hui. Dans le même temps, le  brevetage du vivant  et de gènes manipulés, rendu possible dans les années 1980 fait l’objet de vives controverses. Le droit d’auteur trouve ses fondements dans la théorie philosophique du naturalisme. Selon John Locke, l’Homme en tant qu’être conscient et pensant, est propriétaire de lui-même.