Annuaire Culturel : Nord-Pas-de-calais, Ouest de la Flandre et du Hainaut belges PDF

Escaut, connut l’émergence de plusieurs principautés, dont les comtés de Flandre, de Hainaut et d’Artois. France, lors des guerres de conquête de Annuaire Culturel : Nord-Pas-de-calais, Ouest de la Flandre et du Hainaut belges PDF XIV. Nord, puis le Pas de Calais, connurent un développement économique et un essor démographique sans précédent qui en fit la  première usine de France , et un haut lieu des luttes du mouvement ouvrier.


Après avoir subi une grave crise économique à partir des années 1970, avec la fin simultanée des houillères et des industries sidérurgique et textile qui étaient au centre de son activité, le Nord-Pas-de-Calais tente de retrouver son dynamisme en tirant parti de sa position géographique centrale dans les voies de communication de l’Europe. 700 000 ans avant notre ère découverts sur le littoral, à Wimereux. Sur le territoire de la commune de Marcoing, des traces d’occupation semblent remonter à 60 000 av. Busigny ou Hamel de 50 000 à 40 000 av.

Les croyances et pratiques religieuses de la période préhistorique sont, comme ailleurs, mal connues. La guerre des Gaules en 56 av. Article détaillé : La Guerre des Gaules. L’habitat est essentiellement constitué de hameaux autour de fermes.

Les Nerviens et les Atrébates y sont vaincus, mais la région n’est pas encore soumise pour autant. Les Morins mènent une guérilla contre l’armée romaine jusqu’à 54 av. La Gaule Belgique, vaincue en 50 av. Dans les vallées de la Scarpe et de l’Escaut, plus du tiers des communes actuelles tirent leur nom d’un bourg gallo-romain. Escaut et atteignent la voie Tongres-Bavay où ils se livrent à des pillages.

253-254, les Francs passent le Rhin, sont repoussés par l’empereur Gallien et reviennent entre 259 et 263. Au cours des brefs intermèdes de paix que permettent ces raids ponctuels, de nouvelles capitales affirment temporairement leur autorité : Cassel et Bavay cèdent la place à Tournai et Cambrai. En 406, le gel du Rhin occasionne un déferlement des peuples barbares, Francs ou Germains, eux-mêmes poussés pas les Huns. Les derniers vestiges de l’autorité romaine dans la région sont en passe d’être abattus. En 428, les Francs saliens menés par Clodion le Chevelu conquirent Cambrai et toute la région jusqu’à la Somme.

Le degré de colonisation par ces peuples d’expression germanique est variable selon les endroits, et se fait plus important au nord qu’au sud. Il s’ensuit l’apparition d’une frontière linguistique assez nette aux environs de Lille : au nord, la germanisation plus intense donnera naissance à la langue flamande. Article détaillé : Christianisation et urbanisation du Nord-Pas-de-Calais. Les francs saliens avaient conservé leur religion, contrairement à d’autres peuples germaniques convertis à l’arianisme prêché par Wulfila. Le retour à une certaine stabilité politique facilita le renouveau de l’urbanisation et l’implantation des autorités ecclésiastiques.

511 pour être représentée au concile d’Orléans. Aussi à la mort de Clovis, le royaume franc qu’il avait conquis fut partagé entre ses fils. Dagobert, vers 630, commença la christianisation massive. De nombreux monastères virent le jour, comme à Marchiennes, Condé ou Maroilles. Le traité de Verdun, en 843, partageant l’héritage de Charlemagne en trois royaumes, renforce la division entre la mouvance française et la mouvance germanique par une nouvelle frontière. L’histoire de la région au début du Moyen Âge reflète la complexité du système féodal.