Asie centrale : L’invention des frontières et l’héritage russo-soviétique PDF

1921 est une année commune commençant un samedi. 7-17 mars : répression de la révolte de Kronstadt. 18 asie centrale : L’invention des frontières et l’héritage russo-soviétique PDF : fin de la guerre soviéto-polonaise. 11 juillet : fin de la guerre d’indépendance irlandaise.


Avant-postes de la civilisation russe, remparts du communisme, portes des confins, symboles des récentes indépendances de l’Ouzbékistan, du Kirghizstan, du Turkménistan, marches ouvrant vers la Chine, le Tibet, l’Inde, l’Iran, sources de tensions mais aussi d’échanges et de rencontres entre civilisations… Longtemps mouvantes, souvent discutées, les frontières de l’Asie centrale invitent à réfléchir à la cohabitation entre nations et régions, mais aussi à l’articulation originale entre mondialisation et dérégionalisation. En signant le premier ouvrage exhaustif consacré à cette question, Svetlana Gorshenina montre que les  » faiseurs de frontières  » n’ont jamais réduit les limites étatiques à de simples lignes juridiques. Théories politiques, philosophiques et sociétales à l’appui, ils ont produit une multitude d’arguments allant du concept des  » frontières naturelles  » et de la  » centralité  » à la croyance en une  » mission civilisatrice « . Qu’elles soient expansives, offensives ou défensives, administratives ou internationales, les frontières furent toujours traitées au cas par cas en fonction des contextes idéologiques. Une grande étude sur une région au coeur des grands bouleversements géopolitiques actuels.

14 juillet : Sacco et Vanzetti sont condamnés à mort. 21 juillet, guerre du Rif : bataille d’Anoual. 6 avril : Simon Kimbangu fonde son Église au Congo belge. 12 avril : le ministre français des Colonies Albert Sarraut dépose un projet de loi de  mise en valeur des colonies françaises . Les cultures vivrières sont encouragées, les réquisitions de récolte suspendues, des SIP mises en place et la rotation des administrateurs limitée. 26 avril : création par décret beylical d’un ministère de la justice en Tunisie.