Avions spéciaux de combat PDF

Premier char de l’armée britannique Mark I en septembre 1916 utilisé, pour la première fois, au cours de la Bataille de la Somme. Le Schneider CA1, premier char de l’armée française, en avril 1917. Deux Avions spéciaux de combat PDF Renault FT, le premier muni d’une mitrailleuse Hotchkiss, le second muni d’un canon de 37 mm. Ce char équipait surtout l’armée française en 1918, mais aussi l’armée américaine ayant acheté des exemplaires à la France.


Du contexte militaire actuel sont nées différentes familles d’appareils capables de remplir des missions spécifiques. Cet ouvrage offre un panorama complet des divers types d’avions spéciaux de combat et leur évolution face aux nécessités d’aujourd’hui. Certains, tels que les AWACS disposent de radars aéroportés. Le concept AEW (Airborne Early Warning) définit un avion pourvu d’équipements électroniques connectés à une antenne plane ou à un radar rotatif caréné, placé au-dessus du fuselage, lui permettant de détecter des aéronefs dans un vaste rayon. Certains appareils sont équipés pour des missions de reconnaissance électronique ou de contrôle anti-sous-marin. Généralement, les combats aériens ont pour principal protagoniste l’avion de chasse – ou chasseur-bombardier selon la terminologie de la seconde moitié du XXQ siècle- mais il ne peut accomplir ses missions sans le concours d’autres avions spécialisés. Parmi ceux-ci, se distinguent les avions de reconnaissance et les avions de guerre électronique. D’autres encore se chargent de tâches logistiques comme le ravitaillement en vol ou le transport d’équipement. En effet, pendant des dizaines d’années, les activités aériennes ont revêtu plusieurs aspects, mais restaient toujours limitées par la distance entre la base et l’objectif. Pour améliorer cette situation, les avions de ravitaillement en vol sont donc apparus, capables de transférer à d’autres appareils le précieux carburant, leur permettant ainsi d’allonger considérablement leur rayon d’action.

Schéma légendé d’un char de combat. British Army, un tacticien militaire, a le projet de concevoir un véhicule armé, blindé et à chenilles. Une visite au front l’a en effet convaincu que la combinaison de la guerre des tranchées et de la mitrailleuse exigeait un tel véhicule. Le char naît ainsi à Londres. Article détaillé : Histoire du char de combat.

Le char de combat que l’on connaît aujourd’hui, c’est-à-dire un véhicule blindé armé tout terrain, prend forme lors de la Première Guerre mondiale. Il existe aussi des chars d’assaut à roue comme l’Autoblinda AB40 de date-Modèle:1940. Réplique du char de Léonard de Vinci, un des précurseurs du char de combat moderne. Char britannique  Mark II  à demi enfoui sur le champ de bataille dans le nord de la France en 1918. Char britannique Vickers E type A, équipé de deux tourelles identiques avec mitrailleuses en 1930.

Char léger de l’armée française modèle 1935 Hotchkiss H, modifié 1939. Char sur la place Patton à Avranches. Le nombre total de chars opérationnels en 2002 serait de 106 000. Char Leopard 2A5 de l’armée allemande en 2002. Char américain M1A1 Abrams en 2004.

Char de fabrication russe T-90S de l’armée algérienne en 2015. Le prix d’un char de combat neuf est très variable, il dépend de sa sophistication et du nombre d’exemplaires à produire. En effet, les coûts de développement étant exorbitants, chaque constructeur cherche à exporter son modèle pour l’amortir. T-90 russe serait estimé à environ 3 millions d’USD. La puissance de feu est la capacité d’un char d’identifier, prendre à partie, et détruire un objectif. La protection est la capacité du char de résister à la détection, à la neutralisation ou destruction par le feu ennemi.