Carthage ou l’empire de la mer PDF

Didon construisant Carthage ou l’ascension de l’Empire carthaginois est un célèbre tableau carthage ou l’empire de la mer PDF peintre William Turner, datant de 1815 et conservé à la National Gallery de Londres. Le sujet est tiré de l’Énéide de Virgile.


Dans nos pays de « civilisations classiques « , le monde des Carthaginois n’a guère suscité pendant longtemps que l’intérêt des amateurs d’exotisme. Nos manuels d’histoire consacrent certes un chapitre aux  » guerres puniques  » et on connaît ainsi la figure d’Hannibal. Mais Carthage, ce fut d’abord une cité de commerçants, possédant le génie des affaires, et un peuple de marins audacieux qui, à la suite des Phéniciens, établirent leur empire en Méditerranée occidentale et allèrent chercher fortune sur les côtes de l’Atlantique. Ce livre tente de retracer l’histoire de ces Carthaginois dont le Grec Appien disait lui-même :  » Par leur puissance, ils égalèrent les Grecs, par leurs richesses, les Perses. « 

Le personnage en blanc à gauche est Didon. Illustrant parfaitement la formation classique de Turner, l’artiste considérait ce tableau comme l’une de ses œuvres les plus importantes. Description du tableau sur le site de la National Gallery. Page vue le 6 juillet 2009. William Turner and the year without a summer  de la page  Joseph Mallord William Turner – Biography , sur le site theartwolf. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 31 décembre 2016 à 14:50.

Carthage vue depuis la colline de Byrsa. Mâlik ibn Anas ou encore l’Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts. Le nom de Carthage provient du phénicien Qart-Hadašt ou QRT. Carthage est fondée par des colons phéniciens de Tyr en 814 av. D’après la légende, ce serait la reine Didon — ou Élyssa —, sœur du roi de Tyr, Pygmalion, qui fonda la cité.

Les Carthaginois pratiquaient un culte polythéiste originaire du Moyen-Orient. Ils vénéraient en particulier Baal et Tanit. D’après d’autres sources, le sacrifice d’enfants bien vivants, généralement l’aîné des familles de notables, dans le but de prouver la sincérité de leur dévouement à Carthage, semble avoir initié la coutume de ces derniers d’adopter un enfant d’esclave pour cet usage. Ce sont les Carthaginois qui introduisent le glaive court en fer dans le bassin méditerranéen, car jusqu’alors, les guerriers s’affrontent à l’aide de lances et de frondes. La cité antique de Carthage est au cœur du roman Salammbô, écrit en 1862 par Gustave Flaubert, qui se déroule à l’époque d’Hamilcar Barca, c’est-à-dire lors de la jeunesse d’Hannibal Barca. Rome et la destruction de Carthage en 146 av.

Celle-ci devient la capitale de la nouvelle province d’Afrique. Au Bas-Empire, la cité, gagnée au christianisme, subit les persécutions impériales. L’Église est alors victime de persécutions et particulièrement meurtrie. 533 ramène la prospérité à la capitale d’Afrique. Tunis, la cité voisine, qui donne son nom au pays, celui d’Afrique désignant désormais le continent entier. Hassan Ibn Numan, la ville est mise à sac et sa population déplacée vers Tunis.

Byrsa, à l’endroit présumé de sa sépulture. Afrique comme en Europe, des édifices publics ou religieux. Comme lieu d’habitation, il ne reste que deux hameaux, peuplés de paysans et d’agriculteurs, situés à Douar Chott et à La Malga. Ce n’est qu’en 1906 qu’on note l’apparition des premières villas à l’européenne dont les plus importantes sont celles du secrétaire général du gouvernement tunisien, fonctionnaire colonial français et véritable Premier ministre du pays. Depuis, Carthage est devenue une petite ville résidentielle du Grand Tunis.