Cauchemars (Lilith t. 9) PDF

C’est un démon qui prend la forme d’une femme pour séduire un homme durant son sommeil et ses rêves. Cauchemars (Lilith t. 9) PDF succubes servent Lilith et ont pour mode d’action la séduction des hommes. Des légendes racontent que le succube prendrait l’apparence d’une femme défunte et, faisant croire à la résurrection de celle-ci, s’accouple avec son bien-aimé.


Résumé :
Dans cet épisode, les cauchemars deviennent réalité pour Lilith qui lutte contre la montre avec acharnement pour mettre fin à une triple menace nucléaire aux États-Unis avec l’aide de toutes les agences de ce pays, et ce, au risque de perdre son anonymat.
Cela lui permet d’oublier qu’elle a maintenant le coeur en miettes…
Mais n’est-ce que le début de ce cauchemar, car Pheng, le diabolique frère de Damian, l’héritier de ses immenses pouvoirs et Dragon impérial des Triades unifiées, n’a plus qu’un seul but dans la vie…
Venger des millions de fois la mort de son frère. Mais pour ce faire, il doit éliminer le plus rapidement possible et par les pires moyens imaginables celle qui désire lui barrer la route !
Et ce terrifiant monstre sans âme commencera par s’attaquer aux nouveaux amis californiens de l’enchanteresse qui incluent à présent un frère du passé qu’elle a retrouvé.
(Autrefois titré « Mission Nucléaire »)

Commentaires pré-lecteurs :
Action, action, action !
À en perdre haleine. Bravo !
Rythme frisant la démence.
Excellent mélange action et humour.
Merci de m’avoir fait tant rire.
J’adore cette multitude de personnages plus colorés les uns que les autres !
Quelle fin d’enfer !

Voici donc le neuvième épisode de « LILITH », une série d’un style inhabituel alliant avec humour les genres fantastique, fantasy, romance, paranormal et suspense policier, qui raconte la vie tourmentée, les amours et les nombreuses aventures de la nouvelle Héritière de Morgana, la puissante enchanteresse qui a surtout gaffé en ramenant Merlin et Arthur en notre siècle, avant son couronnement, altérant ainsi la légende arthurienne au complet.

AVIS : En groupe, nous avons effectué plusieurs corrections suite aux commentaires de certains lecteurs. Alors, si vous avez acheté ce tome antérieurement au 13-02-2016, une nouvelle version gratuite est disponible sur votre compte Kindle.

Romans du même auteur: (Aussi disponibles en version papier)
Série LILITH en français
#1- L’Héritière de Morgana (Version comprenant le #2, Maître Merlin) – (816 p.)
#3- La Porte du Temps (Version comprenant le #4, Vendetta) – (840 p.)
#5- Sous-Officier Morgan (576 p.)
#6- Damian (536 p.)
#7- Jeux d’Espions (528 p.)
#8- La Fille de Satan (568 p.)
#9- Cauchemars (638 p.)
#10- Le Grand Dragon (568 p.)
#11- Anges de Lilith (556 p.)
#12- Perte de Temps (652 p.)
#13- Mariage Maudit (656 p.)
#14- Frères Noirs (588 p.)
#15- Grimoires (676 p.)
#16- Guerres de Dieux (à paraître bientôt)

En anglais :
#1- Morgana’s Heiress
#2- Master Merlin
#3- Time Portal
#4- Vendetta
#5- NCO Morgan (à paraître bientôt)

En italien:
#1- L’Erede di Morgana

En espagnol:
#1- La Heredera de Morgana (à paraître bientôt)

Série TOMMY en français, romans humoristiques pour les 8-12 ans :
#1- Tommy (140 p.)
#2- Tommy 007 (140 p.)
#3- Indiana Tommy (152 p.)
#4- Typhon Tommy (144 p.)
#5- Super Tommy (146 p.)

En anglais:
#1- Tommy
#2- Tommy 007

En italien
#1- Tommy

En espagnol :
#1- Tommy
#2- Tommy 007

En portugais :
#1- Tommy
#2- Tommy 007
#3- Indiana Tommy

En néerlandais :
#1- Tommy (à paraître très bientôt)

ROMANS SCÉNARISÉS du même auteur:
Télésérie LILITH
Épisode 1.1 – Des flammes
Épisode 1.2 – Le Talisman de Morgana
Épisode 1.3 – Un autre monde

Une autre dit que les succubes punissent les hommes pour leur traîtrise en les charmant puis en les abandonnant. Le succube est de nature ambivalente, puisqu’il est à la fois redouté et désiré. Le terme succube vient du mot latin succuba qui signifie  concubine . Une autre étymologie le fait dériver du latin classique sub,  sous , et cubare,  coucher  :  qui couche sous  ou  être couché sous . Sculpture de succube sur un encorbellement en bois d’une auberge anglaise, suggérant que le lieu a peut-être servi de lupanar.

Dans la mythologie antillaise, le succube porte le nom de dorlisse, dorlis ou encore dorliis. Aussi appelé l’homme au bâton, il serait plutôt un incube. Au Maghreb, on les appelle al Djinns al ‘achiq, ce qui signifie  le djinn ou le démon amoureux qui habite le corps d’une personne , ils sont mariés dans le monde des rêves avec la personne possédée. En Côte d’Ivoire, il existe une croyance en des femmes de nuit ou maris de nuit, esprits qui prendraient l’apparence de l’être aimé ou désiré pour s’accoupler avec une personne pendant son sommeil. Cela peut aller jusqu’à empêcher la victime d’éprouver le moindre intérêt pour des personnes de chair et d’os. Ces thèmes, considérés comme néfastes et démoniaques en règle générale, n’en sont pas moins des formes à caractères initiatiques dans les sociétés traditionnelles. Le vampirisme, dans sa version féminine, présente à certains égards une thématique commune à celle du succube, notamment ceux de la séduction, de la dévoration et de la mort.

Les créatures féminines au caractère bénéfique, comme les dryades et les nymphes peuvent également être rattachées au succube, du fait de l’ambivalence de sa nature, et, comme il sera vu plus bas, du fait de leurs parentés à certaines traditions chamaniques. Des créatures divines partageant ce statut de  femme fatale , à la fois séduisante, protectrice et dangereuse, se retrouvent dans la mythologie égyptienne, avec la troublante déesse-chatte Bastet. En effet, on retrouve dans les deux l’allégorie de la féminité et de la séduction, mais également de la cruauté. La croyance qu’il existe des unions entre des déesses ou des divinités et des hommes n’est pas nouvelle.

Dans l’ouvrage de Balthazar Bekker en 1694 où  pendant 130 ans qu’Adam s’abstint du commerce de sa femme, il vint des diablesses vers lui, qui en devinrent grosses, qui accouchèrent de diables, d’esprits, de spectres nocturnes, de fantômes . Dans les traditions chamaniques, où il est souvent question d’une alliance surnaturelle et de rapports sexuels entre la fille de l’esprit de la forêt et le chaman. Un jour je dormais sur mon lit de souffrances lorsqu’un esprit s’approcha de moi. Elle me dit « Je suis l’áyami de tes ancêtres, les chamans. Tu seras mon mari et je serai ta femme. Je te donnerai des esprits qui t’aideront dans l’art de guérir.

Si tu ne veux pas m’obéir, tant pis pour toi. Les Maîtres et les Maîtresses des Abassy du monde supérieur ou inférieur apparaissent dans les rêves du chaman, mais ils n’entrent pas personnellement en relations sexuelles avec lui : c’est réservé à leurs fils et à leurs filles. Dans le chamanisme des Bouriates de Sibérie, l’esprit de la forêt est représenté par le Grand Cerf. C’est lui qui donne la chance à la chasse, c’est-à-dire que c’est lui qui pourvoit les chasseurs en gibiers.

Pour le chaman, il existe une véritable union maritale avec elle, un mariage surnaturel, conjointement à son union terrestre. Elle peut apporter le gibier pour le chasseur et l’enseignement pour le chaman. Mais elle apporte aussi la folie et la mort pour le chasseur qui se laisse trop envahir par elle, et la mort pour le chaman s’il refuse de s’unir à elle. Bien que les relations sexuelles avec l’esprit féminin de la sur-nature pendant les rêves soient une constante dans le chamanisme sibérien, l’élément important est celui de l’initiation du chaman par celle-ci. C’est elle qui, esprit protecteur principal, choisissant le chaman, donnera à celui-ci les esprits auxiliaires qui lui obéiront et l’assisteront.

Lilith comme un succube de la plus belle espèce. Bien que la notion de sexualité ne soit pas évidente, il existe manifestement, dans la Vita Nuova de Dante, une relation de type succubique, entre Dante et Béatrice. Les fées ne sont pas étrangères à cette conception du succube. Dans l’amour chevaleresque médiéval, Evola pense que  La Dame  est plus une femme de  l’esprit  qu’une femme réelle. Le chevalier s’y consacrait et la servait jusqu’à sa mort. Parfois sa cruauté était acceptée voire exaltée. Pour Ernest Jones, l’incube et le succube se manifestent dans les cauchemars et traduisent l’effroi devant des désirs sexuels refoulés, notamment des désirs incestueux.

La croyance aux incubes et aux succubes serait une forme de sauvegarde de la conscience, permettant notamment de transférer sur autrui, à savoir un démon, l’origine des désirs sexuels. La déesse est substituée à la mère ce qui rend le fantasme plus tolérable et en permet une meilleure élaboration. Le drame des amours surnaturels vient du drame de la dégénérescence des Dieux par le biais de ces unions, façon de dire le franchissement des frontières généalogiques liés à l’inceste. L’amant mortel est en plein complexe d’Œdipe.