Code de commerce 98 99 11e ed. (ancienne édition) PDF

Armes actuelles de la ville de Périgueux. L’histoire de Périgueux inventorie, code de commerce 98 99 11e ed. (ancienne édition) PDF et interprète l’ensemble des évènements, anciens ou plus récents, liés à cette ville française. Si le lieu est habité depuis la Préhistoire, la première ville, nommée Vesunna, date de la Rome antique. Sous l’Empire romain, Périgueux devient une puissante cité de la Gaule aquitaine.


Il faut attendre 1250 pour voir la bourgeoisie contrebalancer son autorité, un siècle avant sa soumission définitive au royaume de France. Renaissance, Périgueux continue à se développer et devient un carrefour commercial dans la région. Mais ce premier âge d’or est fauché par les guerres de religion, durant lesquelles une grande partie des marchands sont pillés. Ce n’est que sous Napoléon que la ville connaît un essor urbain, lors de sa fusion en 1813 avec la commune de Saint-Martin. Périgueux se redresse rapidement sur les aspects urbain, économique et politique de la ville.

Allégeance au trône d’Angleterre ou à celui du roi de France ? Articles détaillés : Vesunna, son musée et sa citadelle gallo-romaine. Isle est occupée les Ligures qui en sont chassés vers 500 av. Intérieur du musée Vesunna, où l’on peut apercevoir les vestiges de la cité antique. Le camp de la Boissière est abandonné et la cité gallo-romaine municipe Vesunna, future Périgueux, est créée entre 25 et 16 av. Portrait d’un roi couronné, barbu et moustachu, à la cape rouge, tenant à la main droite un sceptre à la fleur de lys. Sous le règne des Mérovingiens, le territoire passe de main en main, provoquant ainsi de multiples disputes à propos des partages successoraux, qui opposent les descendants de Clovis, après sa mort en 511.

Cependant, au fil du temps, les habitants du bourg se désunissent. Dessin d’une tour carrée dépendant de la défense fort ancienne du Puy-Saint-Front, et qui fut reconstruite pour contenir des bouches à feu au rez-de-chaussée. Portrait factice du Prince Noir, Cassell’s History of England, 1902. Durant cette période, les comtes et leurs descendances, résidant le plus souvent dans leur château de Montignac, font allégeance au royaume d’Angleterre. Le vray Pourtraict de la ville de Perigueux, dessin de 1575, typolithographié par Auguste Dupont.

Les guerres de religion sont plus meurtrières pour Périgueux que ne l’a été la guerre de Cent Ans. Belsunce, gouverneur de la ville, se la laisse enlever par le catholique Jean de Chilhaud. Ceux-ci ont pour objectifs de faire entrer 6 000 hommes dans Périgueux, de voler les canons et de poursuivre les gabeleurs. En 1789, le clergé, la noblesse et le tiers état viennent de toute la province afin d’élire leurs députés aux États généraux. Les Guerres napoléoniennes mobilisent à Périgueux de nombreux jeunes.

Photographie en noir et blanc de la cathédrale Saint-Front. La cathédrale Saint-Front avant sa restauration par Paul Abadie. Photo prise par Médéric Mieusement avant 1893. La ville se dynamise par le progrès des voies de communication fluviale et routière. Périgueux se dépeuple de plus en plus entre 1866 et 1911, les périgourdins étant attirés par les métropoles comme Bordeaux et Paris.

Périgueux connaît un déclin de la vieille sidérurgie, appuyé par la crise viticole. Vue en noir et blanc d’un pont à trois arches sur un cours d’eau, une ville vallonée en arrière-plan. Le faubourg des Barris en 1860. Carte de la ville de Périgueux en 1880. Carte de la ville de Périgueux en 1899. Panorama du faubourg des Barris et de la plaine du Petit Change. Les Périgourdins contribuent à la construction d’obus dans les ateliers de la Compagnie du Paris-Orléans notamment, mais ne participent pas à la guerre de tranchées.