Concours externe de recrutement des Professeurs d’Ecole Mathématiques. : Annales 2001 PDF

Concours externe de recrutement des Professeurs d’Ecole Mathématiques. : Annales 2001 PDF école est située à La Flèche dans le département de la Sarthe dans la région des Pays de la Loire, dans le Maine angevin. Tableau de Frans Pourbus le Jeune représentant Henri IV, fondateur à La Flèche du collège des Jésuites qui porte son nom. Henri IV, fondateur à La Flèche du collège des Jésuites qui porte son nom.


Le vieux château féodal de la ville, actuel château des Carmes, étant trop vétuste et sans confort, Françoise d’Alençon fait construire un nouvel édifice. En 1550, après la mort de la duchesse d’Alençon, son fils Antoine de Bourbon hérite de ses possessions. En janvier 1604, le collège accueille ses premiers élèves et les cours sont donnés par des professeurs venus du collège jésuite de Pont-à-Mousson. Dès sa première année, le collège de La Flèche connaît un certain succès et compte près de 1 000 élèves. Article détaillé : Collège Henri-IV de La Flèche.

En mai 1607, Henri IV signe à Fontainebleau l’édit de fondation du collège de La Flèche, dans lequel il fixe le programme d’enseignement de l’établissement. Au lendemain de la mort d’Henri IV, Guillaume Fouquet de La Varenne rappelle à la reine la promesse du roi de léguer son cœur au collège. Il atteint le nombre de 1 800 élèves en 1626. Comme dans les autres collèges de la compagnie, l’enseignement est dispensé gratuitement et en latin. La prospérité du collège ne le prive pas d’un certain nombre de conflits.

Guillaume leur avait laissées par testament. Devant l’intransigeance des Jésuites, René et ses gentilshommes prennent les armes, ce qui entraîne la fermeture du Collège pendant plusieurs jours. Un arrêt du parlement de Paris du 6 août 1761 ordonne la fermeture des établissements tenus par les Jésuites et les condamne par ailleurs à la sécularisation et à la vente de leurs biens. En 1764, le duc de Choiseul, ministre de la guerre transforme le collège en une  École de cadets , également appelée  École militaire préparatoire . En 1767, l’université de Paris obtient le droit d’inspection et de juridiction sur l’école de La Flèche. En 1776, le comte de Saint-Germain, nouveau ministre de la guerre, décide la suppression de l’école militaire de Paris et de son annexe de La Flèche.