Cuisine de la mer PDF

Du marlin à la truite sous toutes les latitudes Si nos côtes n’ont plus de secrets ni de surprises pour vous, prenez le large ! Guide cuisine de la mer PDF voyage conçu pour le passionné exigeant, PARTIR PECHER teste les séjours, vous donne de bonnes adresses. Renouvelez votre plaisir de la pêche !


Merci de nous soutenir en prenant votre Premium ! Commentaires: Vous devez vous inscrire avant de pouvoir afficher les liens. La loi française vous autorise à télécharger un fichier seulement si vous en possedez l’original. Toutes les nouvelles publiées sur le site appartiennent a leurs propriétaires, le site n’est pas résponsable de leur utilisation! En pratique : Quelles sources sont attendues ?

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 20 juin 2018 à 18:47. La cuisine de la Rome antique a très fortement évolué au cours des siècles. La nourriture des Romains de l’Antiquité ne fut dépendante des mets exotiques que sous l’Empire. La plupart des Romains, sous la République, se contentaient d’une nourriture simple.

Orient, parviennent à Rome, et que les Romains aisés commencèrent à organiser des banquets de plus en plus fastueux. L’essentiel de la population romaine resta pauvre et rurale, pour elle, les rations quotidiennes ne changèrent pas. Il est de même accompagné de légumes, surtout de chou, mais aussi de poireaux, de chicorée, de concombres. Outre les herbes aromatiques, la cuisine romaine devait toujours posséder une réserve de garum. C’était une sauce condimentaire à base de poisson fermenté : on salait du fretin et des entrailles de poissons qu’on laissait au soleil, jusqu’à ce que la chair soit transformée.

L’équivalent actuel du garum est le nước mắm vietnamien. Les Romains mangeaient de la viande, qui était cependant réservée aux jours de fête. Très tôt pourtant, les familles riches prirent l’habitude de la consommer en abondance, selon des préparations diverses. Pour la consommation quotidienne, l’exploitation familiale fournissait du lait de brebis ou de chèvre, et l’on fabriquait les fromages. Pour la pâtisserie, la préférence des Romains allait aux gâteaux à base de fromage, souvent réduit en poudre. Ils étaient le plus souvent présentés enduits de miel, saupoudrés de graines de pavot ou de sésame, et cuits sur des feuilles de plantes ou d’arbres aromatiques.

Les Romains qui aimaient le vin le buvaient de préférence frais et généralement coupé d’eau. Le prix du vin n’était pas très élevé. Dans les greniers, on entreposait du froment et des fèves : à Pompéi, on a découvert des amphores remplies de farine, mola et d’épeautre, far. Plusieurs méthodes ont été utilisées pour la conservation de la nourriture romaine périssable comme le fumage, le séchage ou bien la salaison. La salaison était la technique la plus répandue et se faisait en utilisant du sel sec ou en saumure.

Columelle présenta ses observations sur la saveur d’un fromage romain qui a été durci en saumure et puis fumé. L’utilisation du sel était un moyen important de la conservation pour les Romains. Plusieurs types de sel étaient utilisés, le sel de roche, sal facitum et le sel de mer, sal navitum, auxquels étaient mélangés des épices. Columelle mentionne l’utilisation du sel dans les préparations de fromage de chèvre, et Caton l’Ancien rapporte la façon dont on conservait les olives vertes dans la saumure, et donne une procédure pour faire des salaisons de jambons. L’effet de miel et de cire facilite le processus de conservation.

Pline l’Ancien a décrit cette technique. La journée du Romain était ponctuée de trois repas. Le traditionnel petit déjeuner, jentaculum, était servi le matin. Pour eux, les horaires de repas se sont modifiés. On y consomme du pain frotté d’ail, du fromage et un verre d’eau. Les pains originairement plats, ronds, sont fabriqués à partir de farine de farro.

Dans les plus hautes classes, on consommait aussi des œufs, du miel, avec du lait et des fruits. Le prandium : ce repas sobre, très rapidement pris vers midi demeure assez frugal, et se prenait parfois debout. On consommait parfois des plats chauds, constitués souvent des restes de la veille. La cena : c’est un dîner et le repas principal de la journée, mais qui se prend en fin d’après-midi ou à la tombée de la nuit, et dure environ trois heures.