De Gaulle et les francais (ancien prix éditeur : 39 euros) PDF

Il fait partie du Groupe L’Express, qui appartient à SFR Presse, groupe créé de Gaulle et les francais (ancien prix éditeur : 39 euros) PDF détenu par l’entrepreneur franco-israélien Patrick Drahi et par l’homme d’affaires français Marc Laufer. Il bénéficie de subventions de la part de l’État français. Ce passage semble contredire des informations fournies par d’autres sources. Une société des rédacteurs a pour mission de veiller à l’indépendance journalistique.


En décembre 1958, le général de Gaulle accède à la
présidence de la République. Philippe d’Argencé est
alors appelé en Algérie. De retour à Paris, en avril
1960, on lui propose de couvrir un voyage officiel du
président. Dès les premières photos, il réalise que ce
reportage lui offre une chance unique de décrire la
France et les Français rassemblés autour du général. On découvre l’engouement et l’excitation que provoquait chacune des interventions de De Gaulle et les bains de foules auxquels il se prêtait volontiers. Des visages attentifs croisent des demoiselles en gants blancs venus écouter celui qu’on appelait encore à l’époque  » le grand Charles « . À travers quelque 150 photographies en noir et blanc que viennent ponctuer de courts extraits des discours les plus marquants du général, Philippe d’Argencé livre un témoignage unique où se mêlent nostalgie et humour.

Pierre Mendès France, dans laquelle il plaide pour de négociations en Indochine. 29 ans, ancien éditorialiste au Monde. Les Echos, dont L’Express n’est que le supplément. Du 13 octobre 1955 au 1er mars 1956, il devient pour quelques mois quotidien durant la campagne des élections législatives pour soutenir le Front Républicain mené par Mendès France qui gagne ces élections.

Le journal jouit d’un prestige international. Mais en 1958, l’opposition du journal au retour du général de Gaulle lui fait perdre des lecteurs, tandis que son directeur se brouille avec Mendès-France, puis se rallie un peu plus tard à De Gaulle. En 1964,L’Express se transforme en newsmagazine pour s’adapter au marché et sera suivi par Le Nouvel Observateur, Le Point, L’Evénement et Marianne. Il n’est pas le premier, contrairement à sa légende : en 1956, Jean Ferré a créé le mensuel d’actualité C’est-à-dire sur le modèle du « news magazine » américain Time, tout aussi résolument à droite. Le journal se généralise de plus en plus et devient le reflet des changements de la société française.