De la traite et de l’esclavage des noirs et des blancs par un ami des hommes de toutes les couleurs PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche L’abolition de l’esclavage consiste à interdire juridiquement de la traite et de l’esclavage des noirs et des blancs par un ami des hommes de toutes les couleurs PDF’esclavage. Europe, un mouvement historique d’ampleur internationale conduisit à une abolition progressive de l’esclavage dans les territoires contrôlés par les Européens ou ceux issus de leur colonisation. L’émergence de multiples formes de résistance peut être considérée comme une donnée structurelle des sociétés esclavagistes.


Extrait :
Thémistocle annonce aux Athéniens que, pour accroître la puissance de la république et la délivrer d’un ennemi
redoutable, il a un moyen infaillible, mais qui ne peut être révélé au public. Aristide est nommé pour être
dépositaire de ce secret, et apprécier l’utilité du plan de Thémistocle, qui consiste à brûler la flotte de
Xerxès, réunie dans un port. Aristide, persuadé que le salut même de la patrie seroit acheté trop chèrement
par un acte contraire à la morale déclare à l’Assemblée que le moyen proposé seroit très-avantageux, mais
qu’il est injuste ; et il est rejeté[1]. Dans un traité avec les Carthaginois, Gelon roi de Syracuse, stipule
expressément qu’ils n’immoleront plus d’enfants à Saturne[2] ; et vingt-trois siècle après, en 1814, dans un
traité avec l’Angleterre y on stipule que, pendant cinq ans encore, les Français pourront faire la traite des
Nègres, c’est-à-dire, voler ou acheter des hommes en Afrique, les arracher à leur terre natale, à tous les objets
de leurs affections, les porter aux Antilles, où, vendus comme des bêtes de somme, ils arroseront de leurs sueurs
des champs dont les fruits appartiendront à d’autres, et traîneront une pénible existence, sans autre consolation,
à la fin de chaque jour, que d’avoir fait un pas de plus vers le tombeau. Aristide et Gelon étoient idolâtres, nous
sommes chrétiens.

De telles révoltes ne sont pas l’exclusivité du domaine occidental : la rébellion des Zandj contre le pouvoir des Abbassides entre 869 et 883 dans le sud de l’Irak constitue historiquement l’une des principales révoltes d’esclaves noirs. L’abolition de l’esclavage est un acte juridique qui ne peut émaner que d’une autorité reconnue comme normative au sein d’une communauté politique. En d’autres termes, c’est le dominant, et donc le maître de l’esclave, qui  accorde  l’abolition. Sa législation, la seisakhtheia ou  libération des dettes , ne concernait cependant qu’une catégorie très particulière de la population, les citoyens athéniens asservis pour dettes. Elle interdisait toute créance garantie sur la personne du débiteur, mais également la simple vente d’un Athénien libre, y compris par lui-même.

La tradition établit un lien entre ce phénomène et les décisions de Bathilde, reine des Francs et régente du royaume. Louis X le Hutin, miniature du Recueil des rois de France, vers 1550. L’application de l’ordonnance royale demeura cependant strictement circonscrite au territoire européen, ne remettant à aucun moment en cause la participation active de Français au commerce triangulaire et à la mise en place d’une économie esclavagiste dans ses colonies antillaises. Même si ces deux mouvements, légitimation toujours plus nette de la traite d’un côté, émergence d’un discours abolitionniste puissant de l’autre, semblent être contradictoires, ils ne le sont qu’en apparence, dans la mesure où ils puisent aux mêmes sources de l’affirmation de la liberté individuelle. En fait, cela doit être mis en relation avec l’idée que tout processus d’intégration politique et sociale au sein d’un groupe entraîne l’impossibilité de l’asservissement au sein de ce groupe et inversement la désignation d’un  Autre , extérieur à la communauté, qui lui paraît tout désigné pour jouer le rôle de l’esclave.