Droit judiciaire privé PDF

Please forward this error screen to cpanel. Cet article est une ébauche concernant le droit. Le droit privé est l’ensemble des règles de droit qui régissent les rapports entre les personnes physiques ou morales. On oppose généralement le droit judiciaire privé PDF privé au droit public, qui recouvre les relations avec l’État ou l’administration, ainsi que les relations entre institutions publiques.


Le présent ouvrage de droit judiciaire privé marque une évolution importante par rapport aux ouvrages antérieurs parus en la matière. En effet, il trace les limites du judiciaire par rapport aux modes alternatifs de règlement des conflits, plus répandus, plus appréciés et surtout fort traditionnels en Afrique. L’arbitrage, prévu par le code de procédure civile, y prend une place importante. Il réserve, en outre, une part appréciable à la théorie du droit judiciaire, sans laquelle les techniques judiciaires elles-mêmes ne peuvent être mieux appréhendées. Il répond aux difficultés d’ordre pratique qui surgissent dans la mise en œuvre de certaines règles de procédure. Les références jurisprudentielles, anciennes et récentes, qu’il comporte permettent de retracer la courbe de l’évolution des tendances. Cet ouvrage accorde enfin une attention particulière aux garanties judiciaires du droit à un procès équitable et aux questions récentes de procédure soulevées par les technologies nouvelles.

Le droit privé regroupe généralement et entre autres le droit civil, le droit des affaires et le droit du travail. Le juge compétent en matière de droit privé est le juge judiciaire. L’article 66 de la Constitution du 4 octobre 1958 a fait de l’ordre judiciaire le juge compétent en matière d’atteintes aux libertés fondamentales. Le juge judiciaire est considéré comme le protecteur des libertés individuelles et le garant de la propriété privée. Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 3 décembre 2018 à 16:33. Article détaillé : justice sur le Wiktionnaire. L’étymologie du mot  justice  est conforme à son histoire. Le droit romain, créateur de la première justice-institutionnelle de l’histoire est aussi à l’origine linguistique du mot. Néanmoins, d’autres pistes étymologiques sont avancées. Si un client trompe son patron, qu’il soit maudit.

Fondamentalement, la justice est polymorphe, dépendant des époques et des civilisations. Pour la philosophie occidentale antique, la justice est avant tout une valeur morale. La  justice morale  serait un comportement alliant respect et équité à l’égard d’autrui. La notion de justice désigne à la fois la conformité de la rétribution avec le mérite et le respect de ce qui est conforme au droit d’autrui : elle est donc indissociablement morale et juridique. L’histoire de la notion de justice est liée à l’histoire des peuples et des civilisations. Ses diverses conceptions et applications sont le résultat de la pensée et des conditions de vie de l’époque. Son étude exige donc une approche mêlant philosophie, théologie, économie, morale et Droit politique.

L’institution en elle-même, responsable de son application et de son maintien dans le corps social. Il s’agit d’un antonyme parfait car ce sont avant tout des concepts philosophiques marquant des catégories précises de la pensée. Héraclite, premier philosophe connu pour son étude du sens de la justice. Toile de Hendrick ter Brugghen exécutée en 1628. La justice est assise sur des bases philosophiques dont le développement témoigne de l’évolution de la pensée et des systèmes. Selon lui l’idéal de justice en soi se comprend par le refus d’un état d’injustice, assimilé au chaos social. La Justice devient une réalité pratique et non plus philosophique dans la Rome antique par l’apparition d’une norme application : le droit.