Eaux de Thonon Haute-Savoie. Source de la Versoie PDF

Vue de la mairie de Thonon-les-Bains. Léman, la commune fait eaux de Thonon Haute-Savoie. Source de la Versoie PDF partie de l’agglomération urbaine du Grand Genève.


Eaux de Thonon (Haute-Savoie). Source de la Versoie…
Date de l’édition originale : 1876
Appartient à l’ensemble documentaire : RhoneAlp1

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Ses habitants sont appelés les Thononais et les Thononaises . La ville de Thonon-les-Bains est située à 431 mètres d’altitude, sur la rive sud du lac Léman, à l’extrême nord du massif du Chablais, dans le quart nord-ouest des Alpes. Le territoire communal s’étend sur une superficie de 16,21 km2 et borde le lac Léman sur une distance d’environ 6,5 kilomètres. 35 kilomètres, à l’est de Genève et à 14 kilomètres à l’aplomb sud de Morges pour la Suisse en traversant le Léman. Port et ville basse de Thonon-les-Bains. Léman et dont le port de Rives est le point central avec son vieux village de pécheur.

La partie de l’agglomération thononaise s’étendant et dont les limites sont fixées par la rocade de contournement présente un ensemble architectural assez hétéroclite, composé essentiellement de villas de taille modeste, de quelques rares maisons rurales, ainsi que de nombreuses barres d’immeubles à la dimension et à la hauteur plus ou moins variées . Thônon et le Léman depuis l’espace. Cette rivière française, s’écoule à la limite orientale du territoire communal, en formant un delta, intégré dans la réserve naturelle du delta de la Dranse, sur une surface de 53 hectares, avant de se jeter dans le Léman. Ce modeste de cours d’eau s’écoule à la limite occidentale du territoire communal prend sa source sur le territoire de la commune d’Allinges.

Au nord du territoire thononais, s’étend la partie du léman dénommée  Grand lac . En effet, le glacier du Rhône recouvrait la région de l’actuelle Vevey d’environ un kilomètre de glace et la région genevoise d’environ 700 mètres. Au sud du territoire thononais, la colline des Allinges se situe sur le front de la nappe du Gurnigel dénommé aujourdh’hui sous le vocable de  Complexe Voirons-Wägital . Le climat y est de type montagnard en raison de la présence du massif alpin. Route projetée par le Touring club de France en 1909 sous le nom de  Route des Alpes  pour relier Thonon-les-Bains à Nice. La route départementale 1005, anciennement route nationale 5, dessert la ville de part et d’autre.

La route départementale 903 permet d’accéder au centre depuis Annemasse, en passant par Bons-en-Chablais. Il existe de nombreuses pistes cyclables sur le territoire de Thonon-les-Bains. La plus importante de ces pistes cyclables rejoint les principaux sites d’intérêt touristique et environnemental depuis le parc de Corzents en se dirigeant vers la réserve naturelle du Delta de la Dranse. La gare de Thonon-les-Bains est une gare ferroviaire française de la ligne de Longeray-Léaz au Bouveret entre les gares ouvertes de Perrigner et d’Évian-les-Bains. La gare a été inaugurée le 30 août 1880 à l’occasion de l’ouverture de la section entre Collonges-sous-Salève et Thonon. La ligne a été électrifiée en 1972.