Guide des étirements du sportif PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Une sportive s’étirant les muscles de l’guide des étirements du sportif PDF de la cuisse. Les termes et expressions mobilité ou flexibilité articulaire, souplesse ou raideur du tissu musculaire, assouplissements ou étirements appartiennent au langage courant.


Cette nouvelle édition (complétée) du « Guide des étirements du sportif » s’adresse à tous ceux qui pratiquent une activité sportive ou simplement à toute personne soucieuse de maintenir ou améliorer une certaine aisance corporelle. Cet ouvrage, est donc consacré à l’étude des différentes techniques d’étirements et assouplissements des principaux constituants de notre corps physique. Sportifs de haut niveau ou simples amateurs, coureurs à pied, randonneurs, entraîneurs, éducateurs sportifs, professeurs d’E.P.S., kinésithérapeutes, tous reconnaissent le besoin d’intégrer les étirements dans la pratique sportive, voir même comme un besoin accompagnant leur vie quotidienne. Mais quelle technique utiliser ? À quel moment doit-on s’étirer : à l’entraînement ou dans la vie de tous les jours ? Que doit-on ressentir ? Quelle position adopter pour être efficace ? À partir de quel âge doit-on s’étirer ? Quels étirements utiliser pour acquérir la forme physique souhaitée ? Les étirements peuvent-ils être nocifs ? Existe-t-il des nouvelles méthodes ? Associées à de nombreuses illustrations d’exercices simples, précis et progressifs en fonction des possibilités de chacun, toutes ces questions trouvent leurs réponses dans cet ouvrage. Ce livre développe et distingue également, de façon claire, d’une part les exercices à utiliser dans le cadre de l’activité sportive et d’autre part les exercices personnalisés, adaptés à un individu, à un moment donné et dont le but est de répondre à un problème particulier : une raideur, une douleur, un déséquilibre ou une blessure à répétition… Des schémas de synthèses, des tableaux récapitulatifs, des définitions concises et un contenu structuré et démonstratif permettent au lecteur d’aller à l’essentiel de ses besoins et de disposer ainsi d’un ouvrage pratique et de référence.

Mais il est important d’en distinguer la signification particulière dans les domaines physique ou sportif. La mobilité se situe au niveau des articulations, des tissus musculaires et de la peau. La souplesse, synonyme de flexibilité, est définie par C. A l’opposé de la souplesse, la raideur est  la force de résistance générée par un tissu. Les étirements sont des exercices spécifiques  destinés à améliorer la qualité des tissus et leur mobilité grâce à un allongement progressif de la peau, des fascias, des muscles et de ses composants. Marquaire énonce que les étirements permettent d’augmenter l’amplitude des articulations selon les limites de la capacité du muscle à s »allonger.

Les assouplissements correspondent à un type d’étirements. En effet, les étirements comprennent deux notions souvent confondues : les étirements musculaires et les assouplissements. Les premiers visent l’allongement d’un muscle ou d’un groupe de muscles au maximum de son amplitude. Un étirement met en jeu trois éléments anatomiques principaux : muscle, aponévrose et tendon.

Le muscle, composant anatomique le plus déformable, agit en lien avec les deux autres. Le tendon constitue un dérivé d’aponévrose dont l’organisation est différente et contient des fibres de collagène plus denses. Enfin, la peau et la structure osseuse sont également contraintes lors d’un étirement. Le système ostéo-musculo-ligamentaire est la base des structures mises en mouvement lors d’un étirement. Par ses propriétés caoutchouteuses, le système aponévrotique permet l’absorption des chocs, le déplacement ou le glissement des organes entre eux, et le retour en place de la peau étirée.

Tout organe du corps est entouré de fascia. Il tient compte du concept de chaînes faciales qui peut se décliner en chaînes musculaires. Les uns sont pratiqués en fin d’échauffement pour préparer le muscle à l’effort en augmentant la température du corps. Les autres sont davantage utilisés après l’entraînement pour assurer souplesse et mobilité des articulations. D’autre part, les étirements dynamiques ou statiques sont soit actifs, soit passifs, selon qu’il y a contraction musculaire ou non avant l’étirement.