Hindouisme : Les grands courants spirituels modernes et leurs racines dans les Véda (Religions et philosophies) PDF

Les auteurs de textes védiques ne sont pas tous identifiés, ou bien de façon légendaire comme Vyāsa. Asie du Sud, l’un d’entre eux étant l’Indus. Delhi et apparaît à la fois en Inde du Sud et dans des textes cachemiriens à partir de 1323 apr. En conséquence, le terme  hindou  ne vient pas des peuples  hindouistes  hindouisme : Les grands courants spirituels modernes et leurs racines dans les Véda (Religions et philosophies) PDF-mêmes, bien qu’il ait fini par être adopté et assimilé par eux.


Offrande traditionnelle de fleurs sur un Lingam, représentation du dieu Shiva, signe de l’Infini et des êtres vivants selon le Shiva-purâna. Articles détaillés : Histoire de l’hindouisme et Les différentes phases de l’hindouisme. D’une façon générale, la nature exacte des relations entre la religion de la civilisation de la vallée de l’Indus et l’hindouisme reste conjecturale. C’est durant la période védique, à l’âge de fer, entre 1500 et 600 av.

Les rites principaux du védisme concernent le yajña, le sacrifice védique en l’honneur des deva. Plusieurs divinités du Rig-Veda ont été ensuite reprises ou révisées par l’hindouisme. Au Moyen Âge, l’hindouisme, par le biais du théisme, retrouve un nouvel essor. Inde et en particulier en Occident. Vivekananda en fait une première présentation en 1893 au Parlement mondial des religions à Chicago.

Asie du Sud, continuèrent d’être transmis oralement après son apparition et sont devenus les textes de la religion védique de laquelle l’hindouisme moderne dérive. Les Védas sont les textes les plus anciens qui nous soient parvenus en langues indo-européennes. Les hymnes des Védas ont été transmis oralement de père en fils et de professeur à disciple. Purânas ou textes mythologiques centrés sur un aspect particulier du divin.

Ils sont au nombre de 18 pour les principaux, ce sont les écrits les plus populaires de l’Inde : l’hindouisme actuel leur doit beaucoup. Cette doctrine a eu un grand impact sur la vie religieuse hindoue, parce qu’elle montre que Dieu s’est manifesté sous une forme qui peut être appréciée même par le plus modeste des hommes. Râma et Krishna sont depuis des milliers d’années des manifestations du divin, aimées et adorées des hindous. Fronton du Temple Narassigua Péroumal de Saint Pierre de La Réunion le 24 mai 2010.

Une partie de la cosmogonie hindouiste y est représentée. La cosmogonie hindoue est la théorie hindouiste de la création de l’univers et de son image. Il ne doit pas être confondu avec la divinité Brahmâ ou le nom des prêtres hindous, les brâhmanes. Le Brahman sert de demeure à tous les êtres et demeure en tous les êtres. Pour le yogi qui est connaisseur de Brahman, toutes les créatures vivantes sont Brahman. Quiconque se voit dans tous les êtres et voit tous les êtres en lui, devient ainsi Un avec le Brahman suprême. Ce Suprême est l’âme de Tout, le principe de l’Univers, l’Être éternel .

Dattātreya, le guru universel, avatar de la Trimūrti, entouré de quatre chiens incarnant les quatre Védas. L’hindouisme, selon les courants religieux, donne divers noms au dieu personnel. Les dieux personnels majeurs sont ceux de la Trimūrti. Si dans la Multitude nous poursuivons avec insistance l’Un, c’est pour revenir avec la bénédiction et la révélation de l’Un se confirmant dans le Multiple. Celui qui adore un Dieu comme différent de lui, en pensant : « il est un autre. L’hindouisme est une religion dont les différentes divinités sont considérées comme les formes différentes d’une même expression divine sous-tendue par une réalité ultime.