Histoire de l’empire des Habsbourg : Tome 2, 1665-1918 PDF

Armoiries des Habsbourg d’Espagne à partir du règne de Philippe II. Philippines à l’Est au Mexique à l’ouest, des Pays-Bas au nord au détroit de Histoire de l’empire des Habsbourg : Tome 2, 1665-1918 PDF au sud.


Originaires de Suisse alémanique, les Habsbourg ont élargi leurs possessions au bassin danubien dès la fin du XIIe siècle, avant d’affirmer, au XVe siècle, leur destin européen voire, avec Charles Quint, leurs prétentions à la monarchie universelle grâce à l’Espagne et à ses possessions jusqu’à son effondrement après l’attentat de Sarajevo en 1918. Son histoire se confond aussi avec l’histoire de la plus importante famille royale d’Europe, de Marie-Thérèse d’Autriche à Léopold Ier, d’Elisabeth dite Sissi au vieil empereur François-Joseph, dont la devise était : « Il appartient à l’Autriche de commander tout l’univers ». Les Habsbourg régnèrent toujours en Europe Centrale et Orientale, sur des nations déjà existantes : la Hongrie, la Pologne ou la Bohême, et des états morcelés (Naples et Milan pour la nation italienne, la Styrie, le Tyrol ou la Basse-Autriche pour l’allemande). Ils établirent une monarchie supranationale dans laquelle la fidélité au souverain constituait le lien fondamental entre les peuples et tenait lieu de patriotisme. Cet ouvrage de référence analyse l’histoire d’une maison souveraine qui se veut tout autant politique et sociale que culturelle et économique. Elle permet de comprendre comment au cours des siècles, les Habsbourg ont contribué à l’équilibre européen, facilité l’évolution de plusieurs nations et aussi pourquoi, sans avoir démérité, elle à été condamnée en 1918 par des vainqueurs incapables de lui substituer un système plus juste et plus efficace…

Portugal et de son vaste empire ainsi que l’âge d’or des arts et des lettres. Provinces-Unies et plus tard contre l’Angleterre. Durant les années 1660, la flotte espagnole se battait désespérément afin de défendre ses possessions d’outre-mer contre les pirates et les corsaires. Espagnols ont été remplacés par l’hégémonie européenne de la France de Louis XIV. Sous Charles Quint, l’Espagne se hisse au rang de puissance européenne de premier plan grâce au développement du plus vaste empire colonial de l’époque.

Charles accède au trône des royaumes espagnols en 1516 à la mort de son grand-père Ferdinand II d’Aragon. Continuateur des Rois catholiques, l’empereur fait bâtir au point final de la reconquête un palais de style classique romain sur la colline de la Sabika, à l’Alhambra de Grenade : le palais de Charles Quint. Cette puissance inquiète en particulier la France, cernée par les terres des Habsbourg. L’or et l’argent de l’Amérique affluent en Espagne et permettent à Philippe II la poursuite d’une politique d’hégémonie. La diversité des territoires réunis sous un même sceptre ne correspond à aucun sentiment national commun. Au sein du pays, les Habsbourg ont tenté d’affermir l’absolutisme mais se sont heurtés à diverses résistances et révoltes écrasées dans le sang. Le cardinal-roi Henri Ier, dernier roi de Portugal issu de la dynastie d’Aviz.

Le duc de Parme Ranuce Farnèse, petit-fils d’Édouard, infant de Portugal, duc de Guimarães, dernier enfant mâle du roi Manuel. Il est écarté de la succession et nommé gouverneur de Flandre par Philippe II. L’infante Catherine de Portugal, sa tante, mariée au duc de Bragance Jean Ier. Ses droits viennent après ceux de son neveu Ranuce, le Portugal n’ayant pas interdit l’accès d’un étranger au trône.

Antoine, prieur de Crato, le fils du mariage secret et morganatique de l’infant Louis, duc de Beja. En tant que prieur de Crato il ne peut se marier. Philippe II d’Espagne venant derrière les précédents, étant fils de princesse, quand il y avait un fils et des filles de princes mâles. Le duc Emmanuel-Philibert de Savoie, autre petit-fils du roi Manuel Ier. Catherine de Médicis, régente du royaume de France, sans aucun droit, affirmant descendre du roi Alphonse III de Portugal et de sa première épouse Mathilde de Dammartin.