Histoire du sport en France : De la Libération à nos jours PDF

Nos idées de séjour à petit prix ! Venez vous amuser histoire du sport en France : De la Libération à nos jours PDF vous divertir dans la Manche! Vous aimez la destination Manche ?


Au fil du XXe siècle, le sport est devenu ce qu’il est convenu d’appeler  » un phénomène de masse « . Omniprésent dans notre vie quotidienne, on le pratique en amateur – occasionnellement ou bien régulièrement – et, sans même devoir nous rendre au stade, nous assistons toute l’année aux exploits très médiatisés des professionnels. Mais sait-on combien les premiers pas du sport en France furent laborieux avant que certaines disciplines et leurs champions respectifs ne contribuent à le populariser ? Quant aux historiens, c’est très récemment qu’ils se sont intéressés à cet aspect pourtant important de la vie sociale, politique et culturelle d’une nation. Aujourd’hui, s’il n’est pas encore entré officiellement dans les programmes scolaires, le sport a désormais ses spécialistes à l’université. Réunis à l’initiative de l’un d’entre eux – Philippe Tétart – pour synthétiser leurs travaux, ils nous racontent ici la première histoire générale du sport en France, illustrée grâce aux archives photographiques du Musée national du sport. Malgré un lent démarrage sous la IVe République, le sport est devenu une des pratiques sociales les plus répandues. Si l’on s’en tient aux chiffres, plus de 80 % des Français déclarent aujourd’hui pratiquer une activité physique plus ou moins régulière… contre 20 % au milieu des années 1950. Par ailleurs, accompagnant la  » sportivisation  » de la société française, les enjeux du sport augmentent eux aussi : ils sont politiques, économiques et médiatiques. Chapitre après chapitre, on découvrira aussi de nombreuses autres questions
comme l’emprise territoriale du sport, l’évolution de la représentation du corps sportif, la nature changeante de l’héroïsme sportif, le rapport entre sport et loisir, le goût des sports extrêmes ou encore la montée des  » violences  » du sport, qu’il s’agisse du dopage ou des dérives violentes de plus en plus souvent constatées dans les stades. Composant un demi-siècle d’histoire du sport en France, cette fresque nous montre la nature complexe du phénomène sportif et donne la mesure de l’importance qu’il convient désormais de lui accorder dans l’histoire des sociétés contemporaines.

L’histoire du sport en France peut se découper dans le temps en séquences spécifiques relativement homogènes mais de durées très variables. Ses origines remontent pour beaucoup à la période gallo-romaine avant de revêtir des formes particulières au Moyen Âge puis de justifier un discours très construit lors de la Renaissance. Ce n’est qu’à la fin de ce siècle que certains s’efforcent d’y associer la compétition sportive venue timidement d’outre-Manche comme activité de loisir de l’aristocratie. Ce n’est qu’après l’armistice de 1918 que le sport français commence à s’engager vers la modernité avec l’éclatement de l’USFSA qui donne naissance aux actuelles fédérations unisports. Le gouvernement provisoire d’Alger l’abroge par ordonnance dès 1943 mais s’empresse de confirmer en 1945 l’intérêt de cet enjeu national par une nouvelle ordonnance qui place peu ou prou le sport français en délégation de pouvoirs. Mêlé au sacré, cet aspect ludique se concrétise avec l’apparition des Jeux olympiques vers 776 av.

La pratique sportive organisée est introduite en Gaule par les Romains, héritiers en ce domaine des Étrusques et des Grecs. Arènes, stades et hippodromes sont érigés en Gaule. Parmi les monuments gallo-romains dédiés au sport, citons les arènes de Nîmes ou les vestiges du cirque d’Arles. En 393, l’empereur Théodose Ier, sous l’influence d’Ambroise, évêque de Milan, se convertit au christianisme et ordonne l’abandon des rites et cultes païens.

Cet authentique art martial est très violent et de nombreux morts et blessés sont à déplorer. L’Église renouvelle ses interdits sept siècles durant, sans effet. Cette activité ouverte à l’origine à tout homme robuste permet d’obtenir le statut de chevalier. Certaines parties de tournois sont en revanche strictement réservées aux militaires. Articles détaillés : XVIIe siècle en sport et XVIIIe siècle en sport. En 1534, Rabelais publie son Gargantua.

Cet ouvrage est une mine d’information concernant les sports et jeux car l’éducation humaniste de Gargantua comprend un solide programme sportif. Traité des études de Charles Rollin, influe grandement sur la diminution des activités physiques dans le système éducatif, jusqu’ici en honneur dans les établissements des jésuites. Articles détaillés : XVe siècle en sport et XVIe siècle en sport. Dans le cadre du mouvement humaniste né en réponse en Italie, Rabelais puis Michel de Montaigne contribuent à cette réflexion en France mais les applications pratiques restent limitées.