Introduction à la Mauritanie PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Cet article présente des introduction à la Mauritanie PDF multiples.


La vocation séculaire de la Mauritanie a été de se vouloir un « pont » entre le Maghreb et l’Afrique noire car les déserts, comme les fleuves, unissent au moins autant qu’ils ne séparent. La jeune république mauritanienne s’est assignée de réactualiser cette mission, à la fois pour légitimer son entrée dans le concert des Etats-Nations, et pour se donner davantage de moyens dans sa lutte pour le développement et l’émancipation. Cette situation spécifique de la Mauritanie, qui en fait une des principales charnières africaines, devait logiquement susciter la collaboration des deux équipes de recherche du C.R.E.S.M. et du C.E.A.N. Les régions rassemblées au sein de la Mauritanie contemporaine ont une riche histoire et ont été depuis longtemps un foyer culturel et religieux important. Elles ont fait l’objet de nombreuses études approfondies, mais dispersées et peu accessibles au public non spécialisé. De même la Mauritanie nouvelle, après avoir été la « Cendrillon » de la colonisation française, a été quelque peu délaissée par les observateurs jusqu’à ce que le conflit du Sahara occidental ne la projette sur la scène de l’actualité internationale. Le lecteur trouvera dans ce livre collectif, rassemblées pour la première fois, un ensemble de contributions à caractère historique, géographique, culturel, sociologique, économique et politique rédigées par des spécialistes soucieux de mettre au service d’un ouvrage de vulgarisation la précision de leurs recherches et leur attachement à cette Mauritanie « terre des hommes ».

Vous pouvez aider à l’améliorer ou bien discuter des problèmes sur sa page de discussion. Nord-Ouest de l’Afrique, situé entre 15 et 27 degrés de latitude nord et 5 et 17 degrés de longitude ouest. Elle possède une côte d’environ 800 km ouverte sur l’océan Atlantique s’étirant de Ndiago au sud jusqu’à Nouadhibou au nord. Il convient de souligner que la proportion des différents groupes ethno-linguistiques n’est pas connue avec précision, les statistiques avancées variant fortement selon la source.

Le nom du pays lui vient de la Maurétanie romaine, désignant le territoire des  Maures , peuple berbère, dans l’Antiquité. Le territoire de la Mauritanie ne correspond cependant pas à celui de l’antique province romaine. En français, l’expression  Mauritanie occidentale , appliquée en décembre 1899 par Xavier Coppolani supplante progressivement les autres dénominations utilisées pour désigner le pays. Article détaillé : Géographie de la Mauritanie. La Mauritanie est un pays de l’Afrique de l’Ouest.

La façade atlantique, qui s’étend sur une longueur d’environ 800 km, de la frontière avec le Sénégal, au sud, au Sahara occidental, au nord. La région centrale est occupée par de grands plateaux escarpés à l’est, des larges cuvettes dunaires du Sahara. Le fleuve Sénégal, qui a creusé une vallée le long de la frontière sud du pays. L’est est constitué de zones de pâturage, alors que le sud constitue la zone agricole grâce aux alluvions du fleuve Sénégal. Au Nord, il existe de hauts plateaux avec un sommet à 915 m d’altitude : la Kedia d’Idjil. Le climat est globalement désertique très chaud et très sec, ce qui explique la faible densité de population.

De plus, des sécheresses successives ont accentué la désertification du pays. Les températures sont relativement tempérées sur la côte grâce aux vents venant du large et la région du fleuve est plus humide. Dans l’extrême sud et sud-est, qui se positionne sur la bande du Sahel, la végétation réapparaît et des cultures sont possibles. Dans les régions intérieures du pays, les températures sont largement plus élevées et torrides que sur les côtes. Les nuances entre les quatre saisons sont quasi inexistantes. Il présente un paysage extrêmement contrasté, entre désert et océan, ainsi qu’un riche patrimoine naturel. Article détaillé : Subdivisions de la Mauritanie.

La Mauritanie est divisée en 6 régions regroupant 12 wilayas, auxquelles s’ajoutent trois autres wilayas formant la capitale, Nouakchott. Elle comprend également 58 Mouqataa, ainsi que 216 communes. Article détaillé : Histoire de la Mauritanie. De nombreuses peintures pariétales ou gravures rupestres, au fond de grottes ou sur des falaises, témoignent de présence humaine préhistorique sur l’actuel territoire mauritanien. L’environnement a donc été différent de ce que l’on connaît actuellement : autrefois, la Mauritanie n’était pas un désert mais une région humide avec des cours d’eau et du gibier. Des bifaces témoignent des débuts de la présence de l’homme, au Paléolithique inférieur.

Amas coquillier au parc national du banc d’Arguin. Des grattoirs, pointes, racloirs moustériens nous parviennent du Paléolithique moyen. Au nord de la Mauritanie actuelle, l’Atérien qui venait sans doute d’Afrique du Nord, nous apporte des outils améliorés avec une extrémité transformée en pédoncule pouvant être emmanché. Des pointes de flèches ont également été retrouvées. Des populations noires du Bafour, en partie sédentaires, se sont établies en Mauritanie, plus particulièrement dans la région de l’Atar. Ils étaient chasseurs-pêcheurs puis ils ont développé une civilisation agro-pastorale.

Tekrour fondé par des peuls les Dia-Ogo. Désigné par ses habitants sous le nom d’Empire Ouagadou, il se fait connaître en Europe et en Arabie comme l’empire du Ghana. Mauritanie et le Mali, comprenant le Ouagadou, et Oualata. En peu de temps, les Almoravides s’emparent d’Aoudaghost, d’Awlil et de Sijilmassa.

Cette cité qui allie le savoir au commerce contribue substantiellement au rayonnement de la région du Maghreb et de l’ouest africain fraîchement islamisé. Ils vont influencer la structure sociale et la composition ethnique de la société donnant naissance à un ensemble arabo-berbère et répandre progressivement le dialecte arabe hassanya. 1902 : début de la pénétration coloniale française, qui fait face à une vive résistance armée et culturelle. 1903 : la Mauritanie est placée sous protectorat de la France. 10 avril 1904 prononçant l’éclatement du cercle de Kayhayzi et le rattachement de sa rive droite au nouveau protectorat.