Jean-Paul II PDF

Le corps de Jean-Paul II, exposé dans la basilique Saint-Pierre. La jean-Paul II PDF de Jean-Paul II a eu lieu au Vatican le 2 avril 2005 à 21 h 37 locale. Il est mort à 84 ans, après 26 ans et demi de pontificat.


En décembre 2009, le pape Benoit XVI a proclamé le décret reconnaissant Jean-Paul II comme vénérable. C est la dernière étape avant sa béatification qui pourrait intervenir dans le courant de l année 2011.
Chaque ouvrage de la collection présente une biographie illustrée en 100 photos emblématiques ou remarquables d une personnalité du monde cinématographique, artistique ou de la scène politique et publique internationale. La publication de chaque volume se fait à un moment clé : une actualité, un anniversaire. La première publication a été consacrée à Clint Eastwood. Tous les ouvrages sont vendus au prix de 24 euros.

Les funérailles qui ont suivi se sont déroulées pendant six jours. L’état de santé du Pape s’étant dégradé à partir du 1er février 2005, à la suite d’une mauvaise grippe de trois jours, il entre d’urgence à l’hôpital Gemelli de Rome. Le 20 mars, dimanche des Rameaux, il apparaît sans prononcer un seul mot. Le 31 mars, il est annoncé que l’état de santé du pape est critique et qu’il a reçu l’extrême-onction, le  Saint Viatique . Il est victime d’un arrêt cardiaque. De nombreux rassemblements des catholiques sont organisés à travers le monde.

Au matin du 1er avril, après stabilisation de son état de santé, ses dernières actions sont de célébrer la messe à 6 heures, en se faisant évoquer la passion du Christ lors de l’arrêt de Jésus aux 14 stations du chemin de croix, et de communiquer une liste de nominations et de démissions d’évêques. 19h, une agence de presse annonce sa perte de connaissance. La presse communique à 20 h 20 que son électro-encéphalogramme est plat, ce qui signifie une mort clinique. 20 h 40, l’information est démentie formellement par le Vatican. Les médias occidentaux reprennent la dépêche de l’agence Itar-Tass du 1er avril annonçant la mort du pape. Le Vatican dément mais pas assez vite pour empêcher que la nouvelle ne fasse le tour du monde. Le 2 avril à 21 h 37, le Vatican annonce la mort du souverain pontife et les cloches de la basilique Saint-Pierre de Rome retentissent.

Ses derniers mots auront été pour les jeunes :  Je suis venu vous chercher. D’après le certificat de décès, publié le 3 avril par le Vatican, la mort de Jean-Paul II est directement due à un choc septique et une chute irréversible de la circulation cardio-vasculaire. Six jours de cérémonies sont organisés par le Vatican pour rendre hommage à Jean-Paul II. La préparation du corps a été confiée à une équipe de spécialistes de médecine légale, alors que la tradition confiait jusqu’à présent la préparation des dépouilles des papes défunts à une famille romaine, les Signoracci, spécialistes dans les techniques d’embaumement. Un message posthume du pape a été lu à cette occasion :  À l’humanité, qui semble parfois égarée et dominée par le pouvoir du mal, de l’égoïsme et de la peur, le Seigneur ressuscité offre en don son amour, qui pardonne, réconcilie et rouvre l’âme à l’espoir. C’est l’amour qui convertit les cœurs et donne la paix.

Les membres de la Curie, les plus hautes autorités italiennes et le corps diplomatique ont défilé devant la dépouille, dans la salle Clémentine du palais apostolique, suivis par une file ininterrompue de moines, religieuses, policiers, gardes suisses ou civils privilégiés. Cette cérémonie s’est poursuivie le lendemain. Une messe spéciale en hommage à Jean-Paul II est donnée à Notre-Dame de Paris par Monseigneur André Vingt-Trois. Toutes les cloches des églises de France ont retenti à 18 h 30 et même le grand bourdon Emmanuel de Notre-Dame de Paris, qui ne retentit que pour les évènements historiques de l’Histoire de France, a sonné le glas. Une réunion de l’ensemble des cardinaux se déroula à 10 h 30 en vue de déterminer la date des funérailles. Aux alentours de 17 heures, la dépouille de Jean-Paul II est transférée de la salle Clémentine, qui se situe au deuxième étage du palais apostolique, à la basilique Saint-Pierre, sous les applaudissements des fidèles.

La basilique a été ouverte toute la journée du lundi afin de permettre aux fidèles de se recueillir un bref instant devant la dépouille du pape. L’espace aérien au-dessus de Rome a été interdit de manière préventive. En milieu de journée du 5 avril, certains médias évoquaient un kilomètre de file avant de pouvoir entrer dans la basilique, c’est-à-dire environ huit heures d’attente. Le soir, le Vatican annonçait que plus d’un million de fidèles avait pu entrapercevoir la dépouille du pape.

Durant la journée de mercredi, on estimait que la durée d’attente était de 24 heures et que ces files contenaient plus d’un million de personnes étalées sur deux kilomètres, c’est-à-dire que les pèlerins n’entreraient pas dans la basilique avant sa fermeture pour les obsèques du pape. L’exposition à la basilique Saint-Pierre s’est achevée le jeudi 7 avril à 20 heures afin de permettre les préparations des funérailles de Jean-Paul II qui se déroulaient le jour suivant. La Messe de Requiem, présidée par le cardinal Joseph Ratzinger et retransmise dans le monde entier, a duré environ trois heures et s’est déroulée sur le parvis de la basilique Saint-Pierre. Près d’un million de personnes étaient présentes devant la basilique Saint-Pierre. Pape est recouvert d’un voile de soie blanche, puis les quelques objets destinés à l’accompagner dans son ultime voyage sont déposés dans son cercueil de cyprès. Après l’office funèbre, celui-ci est ramené en procession à l’intérieur de la basilique où il est encastré dans un deuxième cercueil, de plomb, puis un troisième, d’orme verni, sur lequel le blason du pape et un crucifix sont déposés. Bienheureux pape Jean-Paul II repose désormais à l’intérieur de la basilique Saint-Pierre, dans l’une des alcôves de droite de la basilique.