Johannesburg : L’art d’inventer une ville PDF

Schéma johannesburg : L’art d’inventer une ville PDF développement durable : à la confluence de trois préoccupations, dites  les trois piliers du développement durable . Pour atteindre les objectifs du développement durable, il faut notamment faire appel à des ressources naturelles, minérales et vivantes qu’on peut selon leur vulnérabilité classer en  pas, peu, difficilement, coûteusement ou lentement renouvelables .


À Johannesburg, capitale économique de l’Afrique du Sud, l’emploi même de la notion occidentale d’espaces publics pose problème. L’enjeu est alors de mettre à jour et de comprendre les éventuels processus de construction du caractère public des espaces johannesburgeois. Pour ce faire, l’art qui se déploie dans les espaces publics de la métropole depuis la fin de l’apartheid (1994), est utilisé comme une clef de lecture privilégiée de ces phénomènes, en tant qu’il permet de créer des espaces de rencontre et de débats ou, à l’inverse, de mieux réguler, contrôler et mettre en normes ces espaces.

La  théorie du baquet  rappelle métaphoriquement que dans les systèmes complexes, tous les sous-ensembles vitaux du système sont importants, comme les organes vitaux d’un organisme. Cette notion s’est imposée à la suite de la prise de conscience progressive, depuis les années 1970, de la finitude écologique de la Terre, liée aux limites planétaires sur le long terme. Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Dans cette définition,  les composantes de l’écosystème incluent, outre les êtres humains et leur environnement physique, les plantes et les animaux. La ressource naturelle qu’est le vent alimente cette éolienne de 5 MW dans un parc éolien à 28 km au large de la Belgique. La ressource renouvelable qu’est le vent alimente cette éolienne de 5 MW dans un parc éolien à 28 km au large de la Belgique. Parmi les besoins essentiels, représentés par la pyramide de Maslow, figurent en premier lieu les besoins indispensables à l’être humain en tant qu’élément de base vivant dans un environnement défini, que l’on appelle les besoins primaires ou physiologiques.

Les tenants du terme  durable  plutôt que du mot  soutenable  insistent sur la notion de durabilité définie comme cohérence entre les besoins et les ressources globales de la Terre à long terme, plutôt que sur l’idée d’une recherche de la limite jusqu’à laquelle la Terre sera capable de nourrir l’humanité. Cependant, la traduction du terme par soutenable, plutôt que durable, peut s’expliquer aussi par de vieilles traces du mot en langue française. France depuis plus de six siècles. L’idée d’un développement pouvant à la fois réduire les inégalités sociales et réduire la pression sur l’environnement a fait son chemin.