Justice pour les hérissons : la vérité des valeurs PDF

Né au Tibet en 1947, il a été reconnu très jeune comme la réincarnation d’un des maîtres du treizième dalaï-lama, ce qui impose le respect de la communauté religieuse. Dès son arrivée en Europe, en 1971, il commence à enseigner les rudiments du bouddhisme tibétain aux Occidentaux. En plein rejet du christianisme, la génération hippie se passionne pour cette justice pour les hérissons : la vérité des valeurs PDF de spiritualité exotique.


Le renard sait beaucoup de choses différentes, disaient les Grecs, mais le hérisson en sait une, et de la plus haute importance. Dans son ouvrage majeur, le grand philosophe américain Ronald Dworkin soutient que la valeur sous toutes ses formes est une grande chose : ce qu’est la vérité, ce que la vie signifie, ce que la morale exige ou la justice requiert sont divers aspects d’une même question fondamentale. Aujourd’hui, le doute a tout envahi et menace cette unité, dans le sillage d’une révolution galiléenne qui conduit tant de philosophes contemporains à indexer leurs pensées aux méthodes de la recherche scientifique. Contre cette dictature de la remise en question perpétuelle, Ronald Dworkin aborde de très nombreux domaines tels le scepticisme moral, les champs de l’interprétation littéraire, historique et artistique, le libre arbitre ou d’anciens systèmes de valeurs relatifs au bien-être et au bien-vivre. «Nous avons besoin d’une nouvelle révolution, affirme Dworkin. Nous devons ouvrir le monde des sciences à la notion de valeur.»

Une vision idéale: un maitre « réalisé » priant au coucher du soleil. Obèse mais énergique, le petit homme prend de l’envergure, jusqu’à fonder le centre de Lerab Ling. Le temple, modèle d’architecture bling-bling en pleine nature, est inauguré en grande pompe par le dalaï-lama en 2008, en présence de Carla Bruni-Sarkozy, Rama Yade et Bernard Kouchner. Il accueille aujourd’hui de 2 000 à 3 000 retraitants chaque année. Mais, en ce mois de juillet 2011, les 500 personnes inscrites à la traditionnelle retraite estivale de Lerab Ling ont d’autres préoccupations. Venues d’Italie, des Pays-Bas, d’Allemagne, d’Angleterre ou de France, toutes ont délaissé les plages et l’apéro au rosé pour s’isoler huit jours dans l’espoir de découvrir les secrets de la méditation. Quand le maître apparaît enfin sur l’estrade dans sa robe orange, comme il le fera chaque jour aux alentours de midi, les 500 groupies se lèvent comme un seul homme.

Sogyal Rinpoché, c’est 1 m3 de pure sagesse : ça s’accueille dignement. Ce matin-là, dans le temple à la décoration surchargée, où domine un bouddha en or de 7 m de haut, le gourou pointe d’un doigt agacé un grand portrait de maître placé derrière lui. Qu’est-ce qu’elle fait là, cette photo ? S’ensuivent vingt minutes de mise au point et de brimades, alors que nonnes et disciples s’agitent en tous sens pour déplacer la photo.

De quoi rendre perplexes certains élèves. Laura, une Française de 31 ans, s’interroge : Je n’arrive pas à faire le lien entre le Livre tibétain de la vie et de la mort, qui m’a bouleversée, et le personnage que je viens de découvrir . Les nouveaux se rejoignent tous sur un point : pourquoi diable le maître s’acharne-t-il sur ses assistants qui se plient en quatre pour le servir ? L’épreuve du feu pour tester la volonté des disciples de casser tous leurs concepts se présente le troisième jour. Sans doute encouragé par le climat de compassion qui règne à Lerab Ling, un Néerlandais d’une quarantaine d’années juge le moment opportun pour se confesser devant le maître, et accessoirement devant les centaines de personnes également présentes dans le temple. Mais la séance prend un tour inattendu quand l’homme se met à raconter ce qui suscite le courroux de sa femme : J’ai travaillé pendant vingt-cinq ans avec des enfants handicapés mentaux.