L’économie de la Russie PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Durant ce millénaire, la Russie, aujourd’hui le plus vaste pays du globe, a connu un destin varié et de nombreuses vicissitudes. La l’économie de la Russie PDF trace humaine sur ce grand territoire remonte à 300 000 ans en Sibérie centrale. Vers 200 avant notre ère les Sarmates, eux aussi Iraniens septentrionaux, finissent par supplanter les Scythes.


La Russie a connu au XXe siècle deux bouleversements économiques – le passage à l’économie planifiée, puis la transition vers l’économie de marché – suscitant à chaque fois espoirs et traumatismes. Depuis 1999, l’économie russe semble avoir pris un nouveau départ et certains considèrent que la Russie redeviendra, dans vingt ans, la première puissance économique européenne. Cet ouvrage a une double ambition. D’abord éclairer ceux qui s’interrogent sur l’économie russe : la Russie est-elle devenue une économie capitaliste ? Est-elle désormais un marché prometteur ou est-elle vouée à de nouvelles crises ? La seconde ambition est de tirer des leçons plus générales du cas russe, en tant que laboratoire des expériences économiques les plus extrêmes. L’industrialisation est-elle la clé du développement ? Pourquoi l’économie soviétique s’est-elle effondrée ? Quels sont les facteurs nécessaires au bon fonctionnement d’une économie de marché et à une transition réussie vers celle-ci ?

C’est au cours de la période correspondant aux dominations des turcophones Huns, Avars et Khazars que les Slaves, en provenance des plaines de l’actuelle Biélorussie, s’établissent peu à peu sur le territoire de la Russie européenne. Entre 912 et 913, la principauté de Kiev tente d’accroître son influence sur de nouvelles tribus slaves dont les Drevlianes. Igor de Kiev organise une campagne vers la mer Caspienne avec 500 navires. En 941, Igor de Kiev à l’instar d’Oleg le Sage, après avoir fait la paix avec les Petchenègues, organise une nouvelle expédition contre Byzance : il est repoussé par les Byzantins, qui utilisent le feu grégeois.

Sous le règne de Vladimir, le territoire s’étend et en 988, il se convertit au christianisme orthodoxe, qui devient religion d’État et l’un des facteurs de l’unité nationale russe. Vladimir, la principauté de Kiev se désintègre au fil des années, tandis que les Coumans remplacent et assimilent les Pétchénègues au sud. Les princes qui dirigent ces principautés règnent sur une masse de paysans à cette époque généralement libres, et vivant en paroisses, initialement maîtres de leurs terres, lesquelles n’appartiennent que nominalement au prince. En 1226, un peuple nomade guerrier venu de Mongolie, appelé Tataro-Mongols par les Russes, attaque les principautés.