L’Argent secret des paradis fiscaux PDF

L’expression  blanchiment d’argent  vient du fait que l’argent acquis illégalement est appelé finance noire et provient souvent de trafics d’armes, de drogue, d’êtres humains ou d’autres activités mafieuses. Le blanchiment permet à cet argent de sembler propre, c’est-à-dire de prendre une apparence honnête. 1928, à Chicago, une chaîne de blanchisseries : les Sanitary Cleaning Shops. Toutefois l’arrestation d’Al Capone pour fraude fiscale, et non l’Argent secret des paradis fiscaux PDF les crimes commis, montre l’importance et la difficulté du blanchiment d’argent pour les organisations criminelles.


De la Suisse aux Bahamas, des îles du Pacifique aux rives de la Méditerranée s’étend un empire invisible, impalpable : celui des transactions financières offshore. C’est un monde fermé, uni par une même culture de l’opacité et un même goût de l’argent, par lequel transitent chaque année des milliers de milliards d’euros. Cet univers de comptes numérotés et de sociétés-écrans abrite les finances occultes du crime organisé, de la corruption, de la fraude. Il accueille aussi l’argent issu du plus banal de tous les délits économiques, l’évasion fiscale, pratiquée de longue date par de très nombreux Français.
Politiciens corrompus, dirigeants d’entreprises, héritiers, vedettes ou mafieux : les clients des spécialistes de l’offshore viennent de tous les horizons, de tous les pays. Leur point commun est d’avoir de l’argent dont ils préfèrent cacher l’existence à autrui.
Les paradis fiscaux ont longtemps été considérés comme des moteurs indispensables de l’internationalisation des marchés financiers et un havre de liberté pour les acteurs économiques. Mais leur manque de transparence inquiète de plus en plus les grands Etats, qui ont lancé une vaste offensive diplomatique pour mieux les contrôler. Parmi ceux qui font obstacle à ces efforts, la Suisse, qui s’accroche obstinément au secret bancaire qu’elle a été la première à appliquer.
Basé sur des documents inédits et les confidences de nombreux initiés, L’Argent secret des paradis fiscaux explore, sans préjugés idéologiques, les mœurs et les dérives de ce monde mystérieux.

Il convient de noter que cette origine américaine du terme  blanchiment d’argent  semble couramment admise. Néanmoins, à lire attentivement l’histoire du précapitalisme, on peut se demander si la version moderne ne s’est pas annexée un peu vite la paternité de la métaphore. Le contexte de l’économie médiévale recèle de nombreuses traces, attestées par de multiples sources historiquement datées, qui suggèrent un enracinement plus profond. Avec la lutte de plus en plus importante contre le blanchiment d’argent auprès des banques et des paradis fiscaux, ainsi que la levée du secret bancaire sur ordre de la Justice, les criminels sont obligés de se tourner vers d’autres intermédiaires pour blanchir leur argent.

L’établissement de plusieurs fausses factures entre des sociétés écran permet également de faire croire que cet argent est tout à fait propre. Le schtroumpfage est probablement la méthode la plus courante de blanchiment d’argent. Cette méthode nécessite l’implication de nombreuses personnes dont le rôle consiste à déposer des sommes en espèces dans des comptes bancaires ou à se procurer des traites bancaires de moins de dix mille unités de la devise du pays afin d’éviter le seuil de déclaration. Cette méthode consiste à blanchir de l’argent tout en permettant à des personnes ayant des avoirs non déclarés à l’étranger de pouvoir les retirer en cash. L’argent à blanchir est apporté physiquement à la personne ayant besoin de cash contre un virement sur un compte à l’étranger.