L’etat piege PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Sauter à la navigation Sauter à la recherche D’une manière générale, un état-major est un organisme ou une équipe, chargé de conseiller et d’assister un dirigeant. On l’emploie désormais dans toutes les organisations complexes, grandes entreprises, administrations ou partis politiques, pour désigner la structure de direction ou le siège social de cette organisation, et — par métonymie — le lieu où l’etat piege PDF trouve cette direction centrale. Situé à Bahreïn, il opère dans le cadre du Central Command.


IN8 Broché Témoignage sur les rouages secrets d’un cabinet ministériel . 312 pages

Au niveau de l’unité, l’état-major désigne généralement l’ensemble des officiers. Un état-major de force peut être permanent ou n’être constitué que pour l’opération pour laquelle la force est réunie. Il est multinational pour diriger une force rassemblant des éléments de plusieurs nations. Au niveau central, les états-majors d’armées ou interarmées sont les organes de direction des armées, de l’Armée de terre, de l’Armée de l’air ou de la Marine. Leurs domaines d’action sont stratégiques ou politico-militaires. Dans la plupart des pays, les officiers se préparent à exercer des fonctions dans les états-majors en suivant les cours des collèges de défense ou écoles de guerre. EMAA : l’état-major de l’Armée de l’air.

Article détaillé : Joint Chiefs of Staff. EMA : l’État-Major des armées sénégalaises est sis au Quartier Dial Diop à Dakar. CEMGA : le chef d’État-Major général des armées. On retrouve là les fonctions administratives d’Henri Fayol.

Glossaire de la PSDC , sur Bruxelles2. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 6 décembre 2018 à 10:03. Les effets dévastateurs qu’il occasionne, son fort impact psychologique, son faible coût financier et logistique, la difficulté qu’il y a à le détecter, ont fait du véhicule piégé l’une des armes de prédilection des organisations de combattants irréguliers, souvent qualifiée par leurs adversaires de terroristes.

Le fait de cacher une bombe dans le compartiment moteur, sous le châssis ou sous le siège d’un véhicule afin d’en assassiner le ou les occupants lorsqu’ils l’utiliseront. Le véhicule dans lequel est entreposée une grande quantité d’explosifs, afin de générer une explosion de forte puissance qui détruira tout ce qui se trouve à proximité du véhicule. Ghassan Kanafani par le Mossad à Beyrouth en 1972 par exemple. Ces  véhicules-bombes  peuvent être utilisés de deux façons : afin de viser une cible précise ou bien afin de perpétrer un attentat  aveugle . L’analyste Jacques Baud définit le champ de la tactique dans le cadre de l’utilisation d’engins explosifs comme étant ce qui vise  à atteindre des objectifs ponctuels et limités, comme l’élimination d’une personne précise, ou une embuscade contre une patrouille militaire . Les attentats du 11 septembre 2001 en sont la plus frappante illustration à ce jour.

Quoi qu’il en soit, la  Propagande par le fait  ne constitue pas une stratégie complète. Une utilisation plus directement stratégique du véhicule piégé est communément désigné sous le terme de  provocation  : celle-ci consiste à utiliser les attentats terroristes dans le but d’entraîner de la part de l’autorité politique  des mesures répressives qui, forcément, affectent aussi des fractions de la population qui ne sont pas associées aux insurgés. En retour, ces mesures accroissent par là même le soutien de l’opinion publique aux terroristes et à leur cause. Lehi dans les années 1940, ou l’O.

S en 1962, poursuivaient de tels objectifs en utilisant des véhicules piégés. Un troisième objectif stratégique qui peut être recherché au moyen de l’utilisation de véhicules-piégés est la stratégie de l’usure : les insurgés  estiment qu’ils sont plus endurants que le gouvernement et que, s’ils persistent, ce dernier finira par céder. La difficulté qu’il y a à les prévenir, surtout dans les milieux urbains à forte concentration de véhicules automobiles, ceux qui sont piégés ne se distinguant en rien des véhicules courants. La facilité de préparation : même s’il existe des centres d’entraînement à la confection et à l’utilisation de véhicules piégés, ceux-ci ne nécessitent pas une logistique particulièrement lourde ni de compétences spécialisées. L’emploi d’un véhicule piégé laisse peu de traces et d’indices pour les enquêteurs. En revanche, l’utilisation de véhicules piégés présente sur le plan stratégique un inconvénient potentiel majeur : parce qu’elle cause presque nécessairement des  dégâts collatéraux  importants, elle  s’avère non moins efficace pour détruire la crédibilité morale d’une cause politique et aliéner les soutiens de sa base de masse .