L’Euro : comment une devise commune menace l’avenir de l’Europe PDF

Le Bitcoin est une  monnaie  de casino qui l’Euro : comment une devise commune menace l’avenir de l’Europe PDF à des manipulateurs incontrôlés. L’italie va-t-elle enfin mettre de l’ordre dans son endettement? Depuis plusieurs mois, des nuages s’assombrissent sur le marché des changes. Très discrètement, sous l’égide de la Banque Centrale Européenne, banquiers et autorités de contrôle se sont réunis la semaine dernière.


Un livre qui déménage et qui va faire beaucoup de bruit. L’économiste vivant le plus lu dans le monde, prix Nobel, revient dans son premier grand livre consacré à l’Europe sur les contradictions inhérentes à une monnaie qui a été conçue pour rapprocher les peuples et amener la prospérité et qui a fini par les diviser et plomber son économie. 

Cette réunion a même fait l’objet d’un document qui permet de se rendre mieux compte de cette préoccupation. Londres, n’a pas fait allusion à ce problème dans ses minutes du 27 septembre 2013. Le  fixing  n’est cependant qu’une fraction du marché des changes qui opère pratiquement 7 jours par semaine et 24 heures par jour a travers les fuseaux horaires. C’est ce qui le rend vulnérable à la manipulation. Ce mécanisme est sous la loupe des régulateurs.

Euro, suivi par dollar US en yen et en livre sterling. Banque des Règlements internationaux, la banque des banques centrales située à Bale. S’il n’y avait pas de fixing, il serait très difficile de le manipuler, mais le fixing est essentiel pour une forme de guidance du marché. Diverses informations donnent une idée de la nervosité des banques. Certains traders ont été mis  en congé  pendant l’enquête. Les banques ont interdit l’utilisation des  chatrooms  spécialisées qui permettaient aux traders de communiquer librement entre eux. C’est la dénonciation par un  whistleblower  de ces pratiques de  chatrooms  entre concurrents qui a été à l’origine, depuis mai dernier, d’une vague d’investigations.

Les chatrooms les plus connues ont été baptisées de doux nom de The Cartel  et  The Bandits’ Club . Le fixing est un mécanisme semblable à la fixation du Libor qui a lieu a 11h00, heure de Londres, une fois par jour et influence les taux d’intérêt de 360 milliards de dollars de crédits et obligations. Ce marché est largement dominé par une quinzaine de banques dont la Société Générale, BNP Paribas, la Deutsche Bank, Citibank, JP Morgan, HSBC , Barclays et quelques autres. Suisse, la Chine, Hong Kong, Bombay et d’autres. Le marché est également autorégulé, et le rôle des banques centrales est plus discret qu’autoritaire. 000 milliards de dollars par jour, la Bank of England est de nouveau dans le collimateur. Il est trop tôt pour savoir si des actions aussi brutales que celles qui ont affecté le marché du Libor sont à prévoir.

Les sanctions atteindront-elles des licenciements  ou des milliards d’amendes ? Il sera difficile aux banques de faire semblant de  ne pas savoir , leur excuse favorite pour sanctionner les exécutants. C’est un nouveau pan des activités financières qui fait apparaître des structures qui permettent aux directions d’institutions financières d’améliorer leurs fins de mois en manipulant les actifs dont ils ont la responsabilité. L’assainissement de la finance n’est pas pour demain.

2 millions à Londres, selon des vétérans interrogés par le Financial Times. 206 réponses à Après le Libor, le marché des changes risque-t-il d’imploser ? Penser de réglémenter le marché du trading des devises est un vrai défi intellectuel. Comment empecher à un trader, d’accéder à Internet et donc aux blogs et chatroom, et flux IRC d’autres traders ? En lui confisquant son smartphone ? Le Forex ressemble désormais à un casino planétaire, où l’on parie, on perd et on gagne. Interdire ou reglementer le jeux de hasard n’a jamais réussi, meme à des dictatures comme la RPC.

Il faudrait plutot se demander ce qui rend possible de parier sur les devises, quel est l’élement de hasard dans les devises, qui remplace la roulette ou l’ordre random d’un jeu de cartes. Une première réponse est la suivante: les comportement aléatoire des banques centrales, qui suivant leurs objectifs plus ou moins rationnels, manipulent le cours des monnaies par des opérations sur les marchés et des déclarations imprévisibles. En suite l’idée malsaine que la monnaie doive etre un outil à manipuler pour atteindre des buts de politique économique, vu qu’il n’est pas davantage possible de créer de la richesse en manipulant la monnaie que de créer de l’energie. Et finalement, on peut se demander ce que cela apporte, d’avoir une monnaie différente pour chaque pays. Peut-etre le pouvoir de jouer impunément aux faussaires pour les leaders de chaque pays ? Il n’est pas question ici du  trading forex  offert aux particuliers, mais du marchés des changes institutionnels.