L’exception allemande : XIXe-XXe siècle PDF

Il est l’auteur de : Frantz Fanon. Selim Nadi : Après t’être intéressé à Frantz Fanon, à l’Amérique de John Locke et, plus récemment, à C. Matthieu L’exception allemande : XIXe-XXe siècle PDF : Ce livre a une double origine.


SN : Tu as intitulé l’introduction de ton livre  Lénine décolonial  : pourrais-tu revenir sur ce titre qui va au-delà de la provocation et qui semble appeler à un dépassement de l’opposition, parfois un peu caricaturale, entre pensée marxiste et pensée décoloniale ? MR : Je dois avouer que Lénine décolonial devait initialement être le titre de l’ouvrage lui-même. Si je l’ai abandonné, c’est parce qu’on serait bien en peine de trouver chez Lénine ce à quoi je crois on reconnaît aujourd’hui une pensée décoloniale, à savoir une volonté de rupture radicale, à la fois politique et épistémique, avec l’Occident, de quelque manière que l’on conçoive celui-ci. Or, je crois qu’il en va similairement des frontières entre  pensée marxiste  et  pensée décoloniale . SN : Tu centres ton ouvrage autour du rapport entre Lénine et les musulmans de l’Empire russe : comment Lénine a-t-il  rencontré  la question musulmane ?

Les minorités musulmanes de l’Empire tsariste occupaient-elles une place autre que marginale dans la pensée de Lénine précédant la Révolution d’Octobre 1917 ? MR : En un sens, on pourrait dire que ce problème a retenu l’attention de Lénine dès ses premiers écrits, notamment dans son grand livre de 1899, Le Développement du capitalisme en Russie. Mais c’est alors sous un jour peu flatteur. Etats-Unis : pourquoi s’intéresser aux Etats-Unis dans un ouvrage traitant de Lénine et les musulmans de Russie ? MR : Dans ses écrits de  jeunesse  sur le capitalisme agraire, Lénine opère en effet des parallèles saisissants entre la Russie et les États-Unis. Il se moque des marxistes russes, obsédés, dit-il, par l’Europe occidentale et qui voudraient voir leur pays en copier scrupuleusement le modèle, alors même que d’un point de vue historique et géographique, économique et politique, la Russie partage à ses yeux plus d’affinités avec les États-Unis.

Le nœud de la comparaison opérée par Lénine a trait au rapport entre les institutions du servage en Russie et de l’esclavage aux États-Unis, respectivement abolis en 1861 et en 1865. SN : Quelle place tient la question des musulmans dans l’analyse que fait Lénine de l’impérialisme ? MR : Vaste question, dont la réponse dépend étroitement de la conjoncture considérée. SN : En France, on peut parfois avoir l’impression que la question de l’autonomie politique des non-blancs est une question nouvelle. Pourtant, les débats politiques du début du XXe siècle en Russie sont très pertinents de ce point de vue. Pourrais-tu revenir sur le degré d’autonomie politique laissé par Lénine et les bolcheviks aux nations anciennement colonisées par l’Empire tsariste, au lendemain de la Révolution d’octobre 1917 ?

MR : En réalité, à rebours des perceptions courantes, il me semble que le problème de l’autonomie politique des non-Blancs a été un invariant des grands épisodes révolutionnaires des derniers siècles, et pourrait-on même dire de toute la modernité, qu’on ne peut pour cette raison dire occidentale qu’entre guillemets. Lénine défendait fermement l’indépendance des mouvements de libération nationale, la nécessité de ne pas leur imposer des mots d’ordre et des objectifs voués à leurs rester étrangers. Certes, à ses yeux, tous les peuples s’acheminaient vers le socialisme, mais cela à différents rythmes et en suivant différents chemins, leurs propres chemins. SN : Tu intitules le cinquième chapitre de ton livre  Traduire la Révolution en Orient , pourrais-tu revenir sur le concept politique de  traduction  appliquée à la question du marxisme dans d’autres contextes ? MR : Ce concept est absolument central dans mes travaux. Mon intérêt à cet égard puise ses racines dans les recherches que j’ai menées sur Frantz Fanon qui, dans Les Damnés de la terre, déclarait que les  analyses marxistes doivent toujours être légèrement distendues chaque fois qu’on aborde le problème colonial . Puis, j’ai étudié l’œuvre de C.

On pourrait aller plus loin en montrant que peu ou prou tous les marxistes non-occidentaux du XXe siècle, du moins ceux qui n’auront pas été infectées par le développementalisme stalinien, ont d’une manière ou d’une autre soulevé la question des modalités de la circulation et de la traduction et, partant, de la réinvention du marxisme hors de l’espace où il était né et avait mûri, l’Europe occidentale. Dans un recueil de textes de militants et théoriciens noirs américains de l’entre-deux guerres qu’elle a coordonné, Cathy Bergin, explique notamment qu’avant 1922, l’allégeance de nombre de noirs américains allait plus vers le Comintern que vers la gauche aux Etats-Unis. MR : Je ne saurais te répondre avec certitude, mais je peux me risquer à quelques hypothèses. Il y aurait tout d’abord le fait que les bolcheviks se sont saisis de manière très précoce, dès le deuxième congrès de l’Internationale communiste, de la  question noire  aux États-Unis en l’assimilant stratégiquement à la  question nationale  telle qu’elle pouvait se poser ailleurs. Entretien réalisé par Selim Nadi, membre du PIR. Lénine, Aux camarades communistes du Turkestan , Œuvres, t.

Lénine,  Rapport présenté au 2e congrès de Russie des organisations communistes des peuples d’Orient, 22 novembre 1919 , Œuvres, tome 30, p. James on Revolutionary Organization, Jackson, University Press of Mississippi, 1999, p. Ce contenu a été publié dans Actualités, Archives. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien. RésuméLes redéploiements des armées au sein du territoire national libèrent de nombreuses infrastructures militaires inscrites au cœur des paysages urbains et périurbains des villes de garnison. Le paysage de la place militaire de Metz est le produit des empilements militaires successifs de différentes époques. Military redeployment within the country has freed up many military infrastructures at the heart of the urban and peri-urban landscapes of garrison towns.