L’Homme à lui-même. Correspondance PDF

L’Homme révolté est un essai rédigé par L’Homme à lui-même. Correspondance PDF Camus, publié en 1951. La dialectique du maître et de l’esclave est réexploitée par Camus. D’apparence, il existe une limite à la révolte. Cependant, la révolte est un droit.


La révolte naît de la perte de patience. Elle est un mouvement et se situe donc dans l’agir. Elle se définit par le  Tout ou Rien , le  Tous ou Personne . En premier, elle soumet l’idée d’égalité : position d’égal à égal entre le maître et l’esclave. Néanmoins, faire l’expérience de la révolte, c’est faire l’expérience de l’ascèse. Dans l’épreuve quotidienne qui est la nôtre, la révolte joue le même rôle que le cogito dans l’ordre de la pensée : elle est la première évidence.

Mais cette évidence tire l’individu de sa solitude. Elle est un lien commun qui fonde sur tous les hommes la première valeur. Je me révolte, donc nous sommes. L’histoire prodigieuse qui est évoquée ici est l’histoire de l’orgueil européen. L’homme est la seule créature qui refuse d’être ce qu’elle est. La question est de savoir si ce refus ne peut l’amener qu’à la destruction des autres et de lui-même. La vraie générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent.

L’Homme révolté » D’ALBERT CAMUS , sur Ina. Albert Camus, L’Homme révolté, Paris, Les Éditions Gallimard, 1951, 379 p. L’Homme révolté », par Jean-Michel Dumay , Le Monde. L’Homme révolté, de Camus Texte intégral en ligne dans Les Classiques des sciences sociales. Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 23 décembre 2018 à 18:26. Elle a pour but de protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales en permettant un contrôle judiciaire du respect de ces droits individuels. Pour permettre ce contrôle du respect effectif des droits de l’homme, la Convention a institué le Comité des ministres du Conseil de l’Europe, et surtout la Cour européenne des droits de l’homme. La Convention a évolué au fil du temps et comprend plusieurs protocoles. Par exemple, alors que la CEDH autorise la peine de mort, le protocole no 6 l’interdit en temps de paix et le protocole no 13 l’interdit dans tous les cas, y compris en cas de guerre.