L’Oignon PDF

Un bulbe disposant de feuille à la base n’en développe généralement pas d’autres. Il contient des réserves de nourriture pour permettre à la plante de survivre dans les l’Oignon PDF adverses.


Un ouvrage, sur l’un des ingrédients les plus utilisés et les plus polyvalents, l’oignon. De nombreux conseils pratiques pour mieux acheter, conserver et cuisiner les oignons qu’ils soient hachés, émincés, caramélisés, rôtis ou farcis. Avec plus de 150 recettes créatives classiques, comme la tarte à l’oignon ou contemporaines comme la soupe glacée à l’ail, aux amandes et aux raisins ou les pavés de thon sauce à l’oignon rouge, cet ouvrage s’adapte à tous les niveaux de compétence et à toutes les occasions.

Une tige modifiée sort de la partie supérieure du bulbe et la croissance de la plante se fait par ce biais. Les racines sortent de la partie inférieure du bulbe. Le tubercule est comme le bulbe d’origine caulinaire. L’ arbre à oignon  forme des batteries de petits bulbes à la place des fleurs.

Certains organes tubérisés en forme de bulbe prennent le nom impropre de bulbilles car ils ne sont pas souterrains. Ils correspondant à des racines aériennes tubérisées portant à leur extrémité un bourgeon. Ces organes de multiplication végétative jouent un rôle essentiel dans la dispersion de la plante par voie végétative et non sexuée, notamment chez les espèces qui ont des fleurs stériles. De nombreux membres de la famille des Alliaceae forment des bulbilles au niveau des fleurs, apparaissant quand la fleur fane, ou même parfois à la place de la fleur. La Gagée à spathe ne se reproduit que de manière végétative par les bulbilles.

Presque toutes les populations européennes ne sont d’ailleurs constituées que d’un seul clone. Un seul pied peut produire jusque 54 bulbilles. Jean-Patrick Lafon, Catherine Tharaud-Prayer, Gilles Lévy, Biologie des plantes cultivées, éditions de l’ARPEPS, 1987, p. Abderrazak Marouf, Joël Reynaud, La botanique de A à Z, Dunod, 2007, p. Annie Walter, Vincent Lebot, Jardins d’Océanie, Editions Quae, 2003, p. Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 27 décembre 2018 à 13:34. Amaryllidaceae, largement et depuis longtemps cultivée comme plante potagère pour ses bulbes de saveur et d’odeur fortes ou pour ses feuilles. L’oignon est utilisé à la fois comme légume et comme condiment. Le bulbe de l’oignon se compose de bases épaissies de feuilles s’enveloppant les unes dans les autres. De façon générale on parle d’oignon pour tous les bulbes de liliacées, comme les tulipes. L’échalote est une plante très voisine de l’oignon mais elle présente un nombre de points végétatifs par bulbe plus important.

La saveur de l’échalote est également plus marquée que celle de l’oignon. Racines, feuilles et bulbe en développement. Le bulbe est relativement gros, de forme sphérique, parfois plus ou moins aplatie. Les fleurs ont une symétrie trimère, à trois sépales, trois pétales et six étamines. L’ovaire unique est divisé en trois loges.

Chez certaines variétés, il arrive que des bulbilles se développent à la place des fleurs. Il y a environ 250 graines par gramme. La culture de l’oignon peut être réalisée sous différents climats, notamment tropicaux et tempérés, mais les rendements sont plus élevés dans les régions où l’on observe une alternance des saisons. Il préfère les sols légers, sableux, peu argileux et demande une exposition bien ensoleillée. Les oignons peuvent être soit semés, soit plantés sous forme de bulbilles pour les oignons jaunes, soit sous forme de plants racinés pour les oignons blancs et rouges. Les plants d’oignons sont mis en terre soit au printemps pour une récolte l’été suivant, soit à l’automne pour une récolte au printemps de l’année suivante. Les distances à respecter sont de 25 à 40 cm entre les rangs et de 12 à 20 cm entre les bulbes sur le rang.