La Bataille des Philippines: Leyte, 1944 PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. La bataille des Philippines résulte de l’invasion du Commonwealth des Philippines la Bataille des Philippines: Leyte, 1944 PDF l’Empire du Japon en 1941-42 et de la défense de l’archipel par les troupes philippines et américaines. L’armée de terre américaine avait sur l’archipel une garnison forte de 22 500 hommes, connue sous le nom de Philippine Departement et sous le commandement du major general Georges Grunert. La principale force de cette garnison était la division philippine, qui comprenait un grand nombre de Philippins dans des unités de Scouts philippins.


Pour la première fois, un historien français, utilisant les dernières découvertes des archives, nous donne le récit de la bataille de Leyte, où s’affrontent porte-avions et avions basés à terre, croiseurs, destroyers… dans la plus grande bataille de cuirassés de l’histoire. « Copyright Electre »

US Army Air Forces, sous le commandement du major général Lewis H. La force de Luçon Nord sous les ordres du major general Jonathan Mayhew Wainwright IV, défendait les sites les plus propices à une attaque amphibie ennemie et les plaines centrales. La force de Luçon Sud, sous les ordres du brigadier general George M. Mindanao sous les ordres du brigadier général William F.

Quatre régiments américains d’artillerie gardaient l’entrée de la baie de Manille, dont l’île de Corregidor. Tôt dans la matinée du 12 décembre, les Japonais débarquèrent 2 500 hommes de la 16e division à Legazpi au sud de Luçon, à 240 km des plus proches forces américaines et philippines. Gros titres d’un journal anglophone du 24 avril 1942 lors de la conquête des Philippines par le général Masaharu Homma. L’attaque principale débuta tôt dans la matinée du 22 décembre quand les 43 110 hommes de la 14e armée du général Homma entrèrent dans le golfe de Lingayen à Luçon.

La plupart des forces alliées se rendirent ou furent submergées. La division philippine américaine alla au front pour couvrir le retrait des troupes vers Bataan et résister à l’avance japonaise dans la région de baie de Subic. Du 7 au 14 janvier, les Japonais s’occupèrent des repérages et de la préparation de l’attaque sur les positions sur la ville d’Abucay. Les forces américaines et philippines repoussèrent des attaques nocturnes sur Abucay. Le 16 janvier, la division américaine des philippines tenta sans succès une contre-attaque.

Pendant plusieurs semaines, les Japonais, échaudés par de lourdes pertes, effectuèrent des attaques limitées. Du fait de la position difficile des forces alliées en Asie, le président Franklin D. Le 28 mars, une nouvelle vague d’attaques japonaises s’abattit sur les Alliés, déjà très affaiblis par la malnutrition, les maladies, et les batailles. La reddition générale eut lieu le 9 avril. Le 45e régiment d’infanterie américaine, qui n’avait pas réussi sa retraite vers Corregidor, se rendit le lendemain.

Corregidor était un poste d’artillerie de l’armée américaine, comptant des batteries anti-aériennes. Le 59e régiment était posté sur les hauteurs de Corregidor et put repousser les attaques aériennes japonaises, en abattant de nombreux avions. Les batteries de canon les plus anciennes furent cependant détruites par les bombardiers japonais. En décembre 1941, le président philippin Manuel L. En mars 1942, des sous-marins américains arrivèrent au nord de Corregidor, apportant des ordres et des armes, et évacuant des officiels américains et philippins. Le 1er mai, les Japonais commencèrent leur assaut final sur Corregidor.

Dans la nuit du 5 au 6 mai, les Japonais entamèrent leur débarquement. Malgré une forte résistance, les Japonais surent établir une tête de pont, où arrivèrent bientôt des chars et de l’artillerie, qui repoussèrent les défenseurs vers Malinta Hill. Le 6 mai, Wainwright demanda à Homma ses conditions pour la capitulation. Homma demanda la reddition de toutes les forces alliées aux Philippines. Wainwright a souhaité gagner du temps en expliquant qu’il ne commandait que Corregidor et non pas toutes les troupes alliées des Philippines, et ne pouvait signer pour les autres commandants d’autres parties du pays.