La hantise du déclin : La France de 1914 à 2014 PDF

PIB par habitant, taux de chômage, etc. En 2006, Dominique de Villepin a popularisé le terme de  déclinologue  en lui donnant le sens péjoratif de personnes voyant tout en noir. Je vois surgir une nouvelle population dans notre la hantise du déclin : La France de 1914 à 2014 PDF, de nouveaux experts : les « déclinologues ». De grâce, il y a vingt siècles d’Histoire dans notre pays pour nous rappeler qui nous sommes et où nous allons.


La France est hantée par son déclin, et l’a peut-être toujours été. Il serait donc possible de relire l’histoire du XXe siècle à l’aune de cette passion triste – et peut-être aussi, avec elle, l’histoire de la France du début du XXIe siècle. Cette crainte s’explique par la volonté du pays de se penser comme une grande puissance et de jouer ce rôle-là dans le monde. Ce désir est né avec la Révolution et le message universel et la Déclaration des Droits de l’homme mais cette « certaine idée de la France » a été mise à mal par l’histoire récente : la débâcle, en 1940, puis l’Occupation, la collaboration, et Vichy. Le déclin est devenu une réalité, une tragédie nationale. Ces années noires empoisonnent encore la mémoire. La thèse de l’Auteur est de montrer que ce recul de la France ne l’a pas empêchée d’opérer une révolution décisive : c’est en donnant la priorité à la modernisation intérieure, à la reconstruction économique, sur la politique de puissance à l’extérieur que le pays parvient à exercer son influence dans le monde. Cet ouvrage est un essai d’histoire globale qui part d’exemples précis, comme la monnaie, l’économie, la défense et la mémoire. La thèse générale est de montrer que la France, en comparaison avec l’Angleterre, a su s’adapter à son nouveau statut de puissance moyenne.

Alors, ce n’est pas en levant le doigt pour savoir dans quel sens va le vent que nous devons chercher à comprendre quel est le destin de la France. Le déclin admis dans le champ d’action politique est un événement imprécis, alimenté par une vive polémique. Il est assez difficilement vérifiable car il relève plus souvent de tournures de discours et de rhétorique. La comparaison trouve toutefois ses limites lorsqu’on compare la France avec un autre pays développé sur un thème dans lequel les deux États ont évolué différemment, mais qu’il convient, au vu de la pensée déclinologue, de mettre sur un pied d’égalité.