La N.R.F., numéro 479 PDF

Apparue en 1984 au Japon, la GSX-R 400 est la première hypersport de la marque Suzuki. La production restait donc très confidentielle. Suzuki franchit le pas et commercialisa en grande série une machine directement issue de la piste, plus particulièrement des courses d’endurance moto. Toutes les machines, de la 250 à la N.R.F., numéro 479 PDF 1100, utilisent la même architecture moteur, à savoir un 4 cylindres en ligne 4-temps à double arbre à cames en tête et 16 soupapes.


Présentée en septembre 1984 au Salon de la Moto de Cologne, la GSX-R 750 arrive sur le marché en 1985 au tarif de 42 500 F, soit un an après sa petite sœur de 400 cm3. Après le choix d’un cadre entièrement en aluminium et l’orientation vers une architecture moteur à 4 cylindres en ligne, l’équipe de Yasunobu Fuji est confronté à un problème de refroidissement. Les retours des essayeurs étaient mitigés à sa sortie. Le poids à sec est de 176 kg grâce à son cadre MR-ALBOX en aluminium qui ne pèse que 8,1 kg. La partie cycle a des équipements rappelant la compétition : fourche de 41 mm avec anti plongée, suspension arrière mono amortisseur et étriers de freins Nissin avec disques percés. Le carénage inférieur est modifié et se rapproche de la roue avant.

Pour améliorer la stabilité le bras oscillant est allongé. Les disques avant passent à 300 mm, enfin une nouvelle grille moins perforée fait son apparition sur l’échappement  Vortex . Il n’en reste pas moins que pour six briques, l’éventuel amateur se sentira frustré de savoir qu’elle n’offre  que  les performances du modèle de base. Son réservoir d’essence est modifié et contient dorénavant 21 litres contre 18,5 auparavant. La Limited Edition reste au catalogue pour sa dernière année et est vendue en France sous l’appellation GSX-R 750 R. L’année 1987 est également le premier titre mondial d’endurance pour la GSX-R 750.

Le travail s’est porté en particulier sur la tenue de route, mais c’est la moto entière qui a été remaniée : partie cycle, moteur et carénages sont revus. Le poids est également en hausse avec 195 kg à sec soit 19 kg de plus que la génération précédente. Il est accompagné d’un nouveau bras oscillant rigidifié et allongé de 12 mm qui permet de gagner en stabilité. Des jantes aluminium à 3 branches creuses font leur apparition et passent à une taille plus conventionnelle de 17 pouces. Elles sont chaussées d’origine de pneus Michelin radiaux.

Le moteur se logeant dans le nouveau cadre est également revisité. Les soupapes sont grossis et l’admission améliorée avec des carburateurs de 36 mm. Un système d’alimentation en air forcé baptisé D. S fait son apparition : deux conduits sur la face avant suralimentent la boîte à air. Le bridage de la version française est effectué par l’échappement.