La psychologie de masse aujourd’hui PDF

L’une des principales caractéristiques de ce phénomène est de rationaliser les rapports et les échanges humains autour de la sphère économique. Le terme « société de consommation » est la simplification du terme « société industrielle de consommation dirigée », défini par Henri Lefebvre comme étant l’état du capitalisme d’la psychologie de masse aujourd’hui PDF la Seconde Guerre mondiale.


Schibboleth : mot de passe, « épi » en hébreu, produit du travail de culture des hommes, ressource de vie et de transmission, mot de la signifiance du Langage et, de la Bible à Paul Celan en passant par Derrida et Freud, symbole de l’altérité. La collection Schibboleth – Actualité de Freud -, s’inscrit dans le sillage d’Imago, la première revue freudienne. Lieu de recherches et d’échanges transdisciplinaires, elle invite le lecteur à un débat ouvert mené par des auteurs et des acteurs de référence dans les domaines de la science, de l’art, de la société ici réunis pour réfléchir, témoigner, discuter autour des questions-clefs que pose notre monde en crise. L’esprit, le programme et le défi de la collection Schibboleth – Actualité de Freud – : décider du travail de civilisation et de culture à partir du monde tel qu’il est, non tel qu’on voudrait qu’il soit. Il était naturel de s’intéresser d’abord à la psychologie de masse, comme phénomène et comme notion, comme voie d’accès privilégiée au coeur de notre époque. La psychologie de masse, pouvant s’appliquer à toute structure sociale, représente une réalité essentielle pour chaque être humain (quant à son individuation) et pour l’espèce humaine (quant à sa perpétuation). Parce qu’on se construit dans un rapport aux autres, parce qu’il n’y a pas de pensée sans échange, parce qu’il n’y a de sujet, aujourd’hui et maintenant, qu’inscrit dans une filiation.

La libération du carcan administratif avec l’assouplissement de la liberté de la presse qui s’est progressivement mis en place après la révolution de 1789. Dès 1881, la République garantit la liberté d’expression. Les progrès techniques dans les procédés d’impression et de diffusion. Ce phénomène a participé à un ample processus d’acculturation et d’homogénéisation culturelle, puisque les Français ont pu accéder aux mêmes informations. Aujourd’hui l’image est largement récupérée par les publicitaires et les services marketing des entreprises qui se sont habitués à communiquer de cette manière. En 1860,  la revue photographique  parle ainsi de l’expansion du format carte de visite qui permet alors de réduire les coûts du portrait photographique.

C’est le triomphe de la démocratie et de l’égalité sociale . Les photos et la facilité de leur reproduction, en bouleversant les représentations de soi et des autres et en nous offrant des regards sur le monde, ont ainsi permis d’unifier des modes de vie, des habitudes vestimentaires au choix de l’endroit où nous pouvons porter notre attention. L’arrivée des images  mobiles  c’est-à-dire du cinéma, n’a fait qu’amplifier ce phénomène de culte et d’intérêt collectif pour l’image. Les médias ont réussi, grâce aux faits  omnibus  qui intéressent tout le monde sur un mode qui ne touche à rien d’important, à centrer les hommes autour des mêmes représentations de ce qu’est la réalité.

En 1920, la radio était encore peu diffusée dans les foyers, puisqu’il n’y avait que 500 000 postes de radio. En 1940, au moment du fameux appel du 18 Juin du général de Gaulle, il y avait 5,5 millions de postes. La possibilité de « cibler » et de pouvoir homogénéiser des publics éparpillés ont participé au développement de la publicité et donc de l’intérêt des industriels dans la prise de contrôle des moyens de diffusion. Le développement massif de la culture de masse aux États-Unis, et ce qu’on a appelé  l’américanisation  du monde dans les années 1930, va amener de nombreux intellectuels et sociologues à se pencher sur l’influence de la culture de masse sur nos modes de vie. L’apparition d’internet oblige à reconsidérer le concept de culture de masse. Le développement de la culture de masse a également intégré rapidement les milieux ouvriers et paysans. Ils ont ainsi peu à peu été pris pour cible par des phénomènes d’industrialisation culturelle autant pour les hommes que pour les femmes ou les enfants.

En vulgarisant les sciences et en excitant la curiosité du spectateur grâce à de grandes manifestations dans lesquelles toutes les populations des villes et des pays sont invitées, on a ainsi pu lier progrès industriel et progrès social. Si l’on parle de culture populaire, c’est que les outils utilisés sont utilisables par tous, sans distinction de classe sociale ou d’origine géographique. En effet, la culture de masse peut se faire à l’échelle d’un pays ou d’un continent et ensuite avec la mondialisation et les moyens de communication, les idées se diffusent et deviennent homogènes. Cette définition peut ainsi s’appliquer et expliquer le succès international de groupes de  pop music  qui inondent aujourd’hui nos écrans de télévision dont l’esthétique et le contenu artistique se veulent représentatif d’une société tournée vers la consommation de masse. Cette production culturelle permet ainsi de viser de nombreux adolescents de toutes les origines sociales.