La vie des autres : Histoire, prosopographie, biographie dans l’Empire romain PDF

Kant nommera argument ontologique, saint Anselme est un des écrivains majeurs de l’Occident médiéval. 1056, de la vie des autres : Histoire, prosopographie, biographie dans l’Empire romain PDF l’enseignement d’un écolâtre suffisamment renommé. Il quitte Aoste en compagnie d’un condisciple pour la Bourgogne, puis la France. Le portrait de saint Anselme dans le salon ducal de l’hôtel de ville à Aoste.


La méthode prosopographique, mise au point par des historiens de Rome au XIXe siècle, s’attache à la constitution de notices individuelles fondées sur des renseignements biographiques de toutes sortes à propos de personnes ayant des liens entre elles. L’analyse comparée de l’ensemble des notices, à partir du matériel réuni, classé et interprété, permet d’établir les points communs et particularités, en vue d’une synthèse d’histoire générale. Cette méthode a contribué, dès ses origines, au renouvellement de nos connaissances de l’empire romain. Les diverses contributions de ce symposium international, célébrant l’activité scientifique de Janine Desmulliez, professeur émérite d’Histoire du christianisme à Lille 3, se présentent comme la première synthèse de ce type, à portée méthodologique et historiographique, fondée sur des recherches originales, d’éminents prosopographes comme de jeunes chercheurs, abordant sur la longue durée de multiples aspects de la société romaine d’empire, païenne et chrétienne. Des empereurs aux gouverneurs de provinces, des prêtres et dévots païens aux évêques et pères de l’Eglise chrétienne, ce sont autant d’éléments constitutifs de la société romaine d’empire qui sont éclairés par l’analyse prosopographique des données disponibles, sa méthode rigoureuse et ses résultats assurés. Ce volume illustre la fécondité de recherches entreprises dont la seule légitimité est de faire progresser l’histoire sociale du monde romain, cette « vie des autres », ce miroir de l’humanité qu’évoque Ségolène Demougin en conclusion.

En 1060, après une hésitation sur sa vocation, il suit le conseil qu’il a sollicité de Maurille, archevêque de Rouen. Lanfranc nommé abbé de Saint-Étienne de Caen en 1063, Anselme devient à son tour prieur du Bec. En 1076, il synthétise son cycle d’enseignement par un traité de dialectique appliqué à la théologie, le Monologion de Divinitatis, démonstration d’élégance dans le maniement de la technique du raisonnement, à la fois délié et pertinent. Herluin, le 26 août 1078, Anselme est élu pour le remplacer au poste d’abbé du Bec. C’est au cours de ces années 1080 qu’il rédige plusieurs de ses dialogues. Gwynedd perdu par l’usurpateur Gruffydd ap Cynan.

Sceau d’Anselme par la grâce de Dieu archevêque . Anselme a lui aussi en tête une réforme, mais toute autre, la réforme grégorienne qui vise à libérer l’Église de l’État et de la  simonie . Urbain II n’est pas non plus reconnu par le roi d’Angleterre Guillaume II qui se garde cependant de reconnaître l’antipape Clément III. Ce schisme entre la papauté et les puissances impériale et royale, confortant sa position, le roi Guillaume II convoque un concile à Rockingham le 25 février 1095. Une fois en place, Anselme ne répond pas à l’appel du concile de Clermont et refuse d’envoyer des hommes du royaume d’Angleterre en Terre sainte. Le 8 juin 1096, il élève Gérard, qui n’est même pas clerc, à l’évêché de Hereford.