Le phénomène mamelouk dans l’Orient islamique PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Le système mamelouk, tout comme le système janissaire chez les Ottomans, qui le phénomène mamelouk dans l’Orient islamique PDF l’accès aux plus hautes fonctions à des esclaves d’origine chrétienne, est hautement original pour une classe dirigeante. Ces enfants sont sélectionnés sur des critères de capacité, d’absence de liens, et de résistance. Chaque Mamelouk, en effet, est lié à sa maison, c’est-à-dire à son chef et aux Mamelouks qui ont été formés en même temps que lui.


En Égypte, ils sont issus de la garde servile du sultan ayyoubide qu’ils renversent en 1250 à l’occasion de la septième croisade. Article détaillé : Mamelouks de la Garde impériale. Dans Dos de mayo, Francisco de Goya représente un révolté madrilène s’apprêtant à tuer un mamelouk en le jetant à bas de son cheval. Pendant la campagne d’Égypte menée par Napoléon, une fois défaite une partie des mamelouks se rallie à lui et le suit en France. En avril 1802, le capitaine Delaitre est chargé de réorganiser l’escadron des mamelouks de la Garde consulaire qu’il dirige jusqu’en 1807.

Présents parmi les troupes d’occupation françaises à Madrid au moment de la révolte du 2 mai 1808 au cours de laquelle ils combattent les Madrilènes révoltés, ils sont une cause supplémentaire de la haine des Espagnols contre Napoléon, ceux-ci refusant d’être occupés par des combattants musulmans. Méditerranée ou des régions caucasiennes, forment un corps militaire fermé autour du souverain. En 1206, Qûtb ud-Dîn Aibak, le commandant des forces mameloukes en Inde, s’autoproclame sultan de Delhi. La Vaissière, L’origine des mamelouks, dans : L’Histoire de mai 2015, p. L’Égypte des Mamelouks : L’empire des esclaves 1250-1517, Perrin, 1999, 480 p. Julien Corinne, Histoire de l’humanité, vol. Kitab al-Hibar est un exposé sur le système mamelouk.

Le phénomène mamelouk dans l’Orient islamique, PUF, 1996, 176 p. L’empire des esclaves, Perrin, 2009, 474 p. 1880, Publications de la Sorbonne, coll. Bibliothèque historique des pays d’Islam , 2011, 506 p.

Les Mamelouks XIIIe-XVIe siècle : Une expérience du pouvoir dans l’islam médiéval, Éditions du Seuil, 4 septembre 2014, 434 p. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 3 septembre 2018 à 14:35. Représentation d’étrangers fabriquant des briques – Tombe de Rekhmirê – Égypte Antique. L’esclavage est mentionné dès la toute première société connue possédant une écriture : Sumer.

Le premier est le récit biblique de l’Exode. Orient, l’islam, l’esclavage et l’Égypte, le faisant appartenir finalement à ces trois univers dans l’esprit collectif européen. Les spécialistes s’accordent pour dire que l’esclavage, tel qu’il se pratiqua dans la Grèce antique, n’a pas existé en Égypte avant la période ptolémaïque, plusieurs formes de servitudes existaient néanmoins dans la civilisation égyptienne. En Corne de l’Afrique, les Aksoumites possédaient des esclaves. Grande Muraille n’échappe pas à la règle. Tombouctou deviendra l’une des trois plaques tournantes de la traite des esclaves en Afrique. Article détaillé : Esclavage dans le monde arabo-musulman.

La  traite orientale  a suivi différents itinéraires au Moyen Âge, qui ne font, en fait, que continuer les trafics déjà présents dans l’Antiquité. Les routes terrestres à travers les déserts du Maghreb et du Machrek. Sur ces itinéraires, le rôle principal est joué par les Touaregs, successeurs et peut-être descendants des Garamantes. Dans les premiers temps de l’islam, les tribus guerrières musulmanes du Caucase ainsi que les marchands vénitiens vendent aux Arabes musulmans des prisonniers en provenance des pays slaves, encore adeptes des divinités slaves. Nil vers la Nubie alors encore chrétienne et animiste.