Le régiment part à l’aube PDF

Le régiment part à l’aube PDF droite une des assiettes en étain présente à l’exposition et qui fait partie aujourd’hui des collections du musée des Francs Arquebusiers. Elle date de 1821 et est apparement un des plus anciens souvenirs authentique de la gilde. Le vendeur en effectuant une recherche tomba sur la page correspondantes et contacta le webmaster pour l’acheter. Elle n’est valable que par son aspect historique, pas par son aspect esthétique assez banal.


C’est dans son village natal, près de Belluno, que Dino Buzzati, atteint d’un cancer, va passer les derniers mois de sa vie. Conscient que l’échéance fatale est proche, il écrit une série de textes courts qui marquent l’aboutissement de ses réflexions majeures. La métaphore de la vie militaire vers laquelle il revient dans ce livre et qu’il affectionne (Le Désert des Tartares) est un moyen de se pencher sur les thèmes du sacrifice, de l’obéissance, de la fatalité, de la grandeur, de la vacuité…
Derrière l’apparente retenue, l’impassibilité inquiétante, ironique de ces récits, l’émotion est palpable. On veut bien croire Buzzati lorsqu’il déclare que son  » régiment  » est prêt à partir. C’est l’  » avis de départ  » d’un voyageur immobile.
Dino Buzzati est une figure emblématique des Éditions Robert Laffont, où il publia en 1949 le Désert des Tartares dans la collection  » Pavillons « , suivie d’une quinzaine d’autres titres. En 2006, à l’occasion du centenaire de sa naissance, la collection  » Bouquins  » avait publié les Œuvres II comprenant son journal et une série de nouvelles pendant que  » Pavillons  » accueillait les Nouvelles inquiètes (premier volume d’un diptyque rassemblant quarante-neuf textes inédits).
En rééditant ces éblouissantes variations, la collection  » Pavillons  » poursuit le travail de remise au jour de l’œuvre de l’un des grands noms de la littérature européenne du XXe siècle.

Sur la photo générale on voit celui du centre, l’autre est à droite près de l’escalier et détaillé sur l’image de droite. L’harmonie St Martin y remportera une médaille visible au musée des FAV. On remarquera qu’elle est à l’effigie du Prince Albert, pas encore Roi. Belges, du 23 février 1934 au 16 juillet 1951. Il était le fils d’Albert Ier et d’Élisabeth de Bavière.