Le Réseau de Patagonie – La Compagnie des Glaces – 9 PDF

Barrage d’un castor par une froide journée d’hiver. Un barrage de castors est un barrage naturel, construit le Réseau de Patagonie – La Compagnie des Glaces – 9 PDF travers d’un petit cours d’eau par des castors. Le castor augmente ainsi le nombre, la proportion et la taille des zones humides, des eaux libres et du linéaire de berge.


Il crée des zones de sédimentation et de puits de carbone. Il augmente la proportion des zones humides et d’eau libre dans le paysage forestier et alluvial. Les petits barrages sont étroits et souvent en grande partie faits de terre, alors que les grands barrages sont solidement construits avec une large base, des morceaux de bois plus solides et un sommet habituellement incliné vers l’amont pour résister à la force du courant. Les castors y travaillent surtout de nuit, portant boue et pierres et pouvant tracter de gros morceaux de bois en s’aidant de leurs dents. Plus de castors sont constructeurs de barrages en Amérique. C’est de même là où le C. Vue en coupe d’un barrage de castors le long d’un cours d’eau.

Les barrages sont plus nombreux dans les sections 1 et 2 de la classification des réseaux hydrographiques selon Strahler, et parfois dans les sections 3 et 4 dans les sous-bassin où la structure hydrographique est très arborescente. Le castor ne fait pas toujours de barrage. Le castor, après avoir fait remonter le niveau de l’eau dans le lit mineur, peut ensuite allonger son barrage dans le lit majeur de manière à étendre la pièce d’eau. Quand la famille s’agrandit, le barrage peut être rehaussé. Certains barrages sont maintenus au même endroit durant des décennies de génération en génération, et d’autres sont plus ou moins provisoires, pouvant être reconstruits un peu plus en amont ou en aval dans les années suivantes. Une étude suédoise a porté sur la largeur et profondeur du cours d’eau dans la retenue de 74 barrages de castors, et sur la profondeur de l’eau près devant 39 huttes de castors construites sans barrages.

Le Castor sait aussi profiter d’opportunités telles qu’un arbre spontanément tombé en travers d’un ruisseau. La hauteur moyenne d’un barrage au Canada est d’environ 1,8 mètre, avec une profondeur moyenne de l’eau derrière le barrage de 1,2 à 1,8 mètre. L’épaisseur du barrage est souvent autour de 1,5 mètre ou plus. Schéma d’ménagement d’un étang de castors, comprenant barrages et hutte.

Un castor coupe des arbres pour construire son barrage. Quand ils sont disponibles, le castor peut utiliser des galets ou des pierres plates en complément de la boue et du bois dans la construction du barrage. Le Castor ne s’installe que dans un endroit où il y a toujours au moins 60 cm d’eau ou là où, grâce à un barrage, il peut maintenir un niveau d’eau minimum de 0,6 à 0,9 mètre, d’une part pour empêcher que l’entrée sous-marine de sa hutte ou de son terrier soit hors d’eau en été, et d’autre part pour éviter qu’elle ne soit bloquée par les glaces dans les régions aux hivers froids. Un ou plusieurs déversoirs sont construits au sommet du barrage et entretenus de manière qu’il ne devienne pas une brèche dans le barrage. Ils sont aussi utiles au Castor lorsqu’il faut descendre sur la face aval du barrage pour l’inspecter et, si besoin est, le réparer. Ces passages font souvent également office de passe à poisson. En terrain plat, certains plans d’eau créés par le Castor couvrent plusieurs hectares.