Le Sursaut: Entretiens avec François Roche PDF

La présente recension, qui demeurera forcément incomplète, s’efforce de pallier à cet état de fait, et de montrer que les fausses accusations sont un phénomène contemporain récurrent et massif. Les affaires sont classées chronologiquement en fonction de la date de leur déclenchement. Autre recension, concernant les enseignants le Sursaut: Entretiens avec François Roche PDF en cause  : collectif.


F. Dalle, un des grands patrons des trente glorieuses, prend la parole en ces temps de crise, en appelant à un sursaut les politiques, les entrepreneurs et la société civile. Il a déjà publié plusieurs ouvrages en collaboration avec J. Bounine. F. Roche est directeur de la rédaction de la Tribune Desfossés. « Copyright Electre »

Plainte est déposée contre lui pour 2 viols présumés, commis en 2006 et 2007 à son cabinet d’avocat. La plaignante est une de ses anciennes clientes. Fin octobre, la plainte est classée sans suite pour « absence d’infraction ». Deux surveillantes de nuit les accusent d’avoir tenté de pénétrer dans leur chambre respectives, et pour l’une d’entre elles, d’y avoir réussi et de s’être livrés sur sa personne à une agression sexuelle. Le 24 septembre, le parquet de Bobigny classe la plainte sans suite, pour « absence d’infraction ». Pourtant, en octobre, le rectorat refuse de les réintégrer dans leurs fonctions.

En vacances en sur l’île de Koh Tao, Yohann rencontre une jeune anglaise, Bethlyn, et le soir, sous l’oeil des caméras de surveillance, la raccompagne à son hôtel, où ils restent ensemble jusqu’au lendemain matin. Quelque jours plus tard, il est arrêté. Le procureur de la République de Châlons-en-Champagne reçoit d’un couple une lettre accusant ce prêtre d’attouchements sur de jeunes garçons, dans le cadre d’un foyer. L’enqête ouverte est close le 15 octobre, aucun élément ne venant étayer l’accusation. Le Parquet poursuit le couple pour dénonciation calomnieuse. Une étudiante liégeoise de 18 ans déclare avoir été emmenée, comme droguée, et violée pendant 3 jours par 5 hommes dans un studio. Deux suspects sont arrêtés et deux autres sur le point de l’être.

Leur avocat soulevant des incohérences, la juge d’instruction fait réentendre l’étudiante, qui reconnaît finalement avoir été consentante. Le Washington Post recueille le témoignage d’une jeune femme, Jaime Philips, qui prétend avoir été victime du candidat alors qu’elle était mineure. Placée devant ses contradictions, elle retire son témoignage, qui s’avère ensuite commandité par Project Veritas, un groupe qui s’efforce de piéger les grands médias américains avec de fausses informations. Ce député LRM est accusé par une ancienne assistante parlementaire de harcèlement et agression sexuelle. Le 29 novembre, l’affaire est classée sans suite. Sa conjointe quadragénaire affirme qu’il l’a violée et séquestrée.

L’enquête commence avec de lourds moyens. Mais le 12 au soir elle reconnaît qu’il s’agit d’une invention, motivée par la vengeance par rapport à la dispute violente qui avait eu lieu entre eux deux. Le 13 janvier 2018, elle est condamnée à trois mois de prison avec sursis pour dénonciation calomnieuse. Deux jeunes gens en couple affirment être sortis d’un bal organisé par leur école au casino, et avoir été menacés par 3 hommes. Ceux-ci leur auraient volé 70 euros, avant de violer la jeune fille de 18 ans sous les yeux de son compagnon, impuissant. Rapidement, l’enquête montre que rien de cela ne s’est passé, sans que les affabulateurs puissent expliquer leur comportement.