Les drogues : Cannabis, cocaïne, crack, ecstasy, héroïne PDF

Le phénomène de l’adultération1 des produits psychoactifs est à la fois de notoriété publique et très mal connu. Il occasionne pourtant de nombreux risques potentiels, d’autant plus que la corrélation entre les perceptions des consommateurs et les résultats des analyses est souvent faible. Swaps fait ici le point en tentant de démêler vérités parfois surprenantes et fantasmes. Les consommateurs de drogues savent tous que de nombreux produits disponibles sur les drogues : Cannabis, cocaïne, crack, ecstasy, héroïne PDF marché clandestin sont généralement dilués ou coupés avec diverses substances.


Quels sont les dangers réels de la drogue ? A quoi ressemblent l’ecstasy ou le crack ? Les drogues licites sont-elles moins dangereuses que les drogues illicites ? Sommes-nous tous égaux devant les risques ? Cannabis, cocaïne, crack, ecstasy, héroïne : ces cinq drogues, les plus consommées en France et en Europe après l’alcool et le tabac, font de plus en plus de ravages, notamment auprès des jeunes. Ce guide, pratique et informatif, prévient des risques physiques, psychologiques, sociaux ou judiciaires et propose des solutions concrètes pour guérir d’une dépendance. Les auteurs, spécialistes en addictologie, nous livrent ici une analyse sans concession, à la pointe des dernières avancées scientifiques, d’un des plus grands enjeux sanitaires de notre époque.

Moins systématique pour le cannabis, la chose est quasi permanente pour la plupart des drogues en poudre. Dans les pays de production, comme le Maroc, on trouve diverses qualités allant du pollen à la résine. Les basses qualités peuvent contenir plus ou moins de débris végétaux de la plante, très peu psychoactifs – probablement le « coupage » le plus fréquent. Des mythes urbains ont parfois véhiculé des rumeurs concernant un haschich aux effets inhabituels coupé aux opiacés, à la cocaïne, voire au LSD, « pour mieux accrocher les consommateurs ». Bombay dont les dernières ont fermé dans les années 1980.

Black Bombay » a disparu avec les fumeries. Si cela peut déstabiliser les consommateurs les plus fragiles, la plupart adaptent leur consommation en fonction de la force du produit. Des milliers de comprimés ont été analysés en France depuis plus de dix ans. La MDMA en poudre ou cristaux est réputée plus « pure ». Le « speed gras » contient généralement de la stéarine dont on fait les bougies.

La « qualité » de la cocaïne semble en baisse constante depuis quelques années selon les dires des consommateurs ainsi que les analyses des saisies. Cela est un non sens, car la synthèse de la cocaïne, théoriquement possible, nécessite des moyens qui rendraient son prix considérable. On la trouve facilement sur internet pour moins de 100 euros le kg. Vendu à la sauvette, le petit caillou de crack se prête facilement à toutes les impostures De nombreux usagers et revendeurs témoignent de « galettes » coupées au savon, à la cire à bougie ou à des médicaments au goût amer. Cet article laisse entrevoir combien le sujet est vaste et complexe. Chaque étape de « la coupe » génère un bénéfice appréciable. Et ceci pour le plus grand profit des mafias.

De nombreux documents historiques témoignent de pratiques frauduleuses concernant les drogues. Au fur et à mesure des prises, la cocaïne entraîne rapidement des tolérances importantes. Bicarbonate de soude : poudre cristalline à base de craie, sel ou natron. Caféine : principe actif stimulant du café.

A hautes doses peut causer des malaises, tachycardies, angoisses. Celestamine : antihistaminique utilisé pour traiter les allergies. Suivant le dosage, les comprimés sont bleu clair, rose ou jaune. Ses propriétés par voie intraveineuse sont inconnues.

Toxique pour le coeur au-delà de deux grammes. Poudre blanche extrêmement amère, elle contribue à couper héroïne et cocaïne. Griseofulvine : antibiotique et antifongique utilisé pour traiter certaines infections. Peut entraîner des maux de tête. Hydroxyzine : antihistaminique et dépresseur important du système nerveux central. Cas de nécroses et de troubles divers lorsque le produit est injecté à hautes doses.

Inositol : autre nom de la vitamine B7. Lanoline : graisse, extraite du suif de mouton, employée pour traiter les cuirs. Fumée, elle pourrait présenter des risques de cancer. Il pourrait causer des troubles allergiques et neurologiques à hautes doses. Injectée ou sniffée, peut entraîner des troubles cardiaques. Phénacétine : produit vaguement apparenté au paracétamol. Procaïne : anesthésique local de moins en moins utilisé car remplacé par la lidocaïne.

Stéarine : poudre grasse fabriquée à partir du suif animal qui sert surtout à la fabrication de bougies. 6 THC : Tetrahydrocannbinol, le principe psychoactif du cannabis. Pakistan mais « loupée » par les fabricants. Une association de prévention sur les dangers de la drogue. Créée en 1991, à l’initiative de l’acteur Xavier Deluc, cette campagne d’information fournit aux parents, éducateurs, jeunes et à tout un chacun l’arme la plus puissante : la connaissance. L’association  Non à la drogue, Oui à la vie  publie des livrets d’information sur les drogues les plus courantes.