Les métiers de l’enseignement PDF

De l’école au collège : quels changements ? Que faire après la seconde ? Que faire après le baccalauréat ? Le système d’enseignement français est fondé sur de grands principes, certains inspirés les métiers de l’enseignement PDF la Révolution de 1789, de lois votées entre 1881 et 1889 et sous les IVe et Ve Républiques ainsi que de la Constitution du 4 octobre 1958 : « l’organisation de l’enseignement public obligatoire gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État « .


Les métiers de l’enseignement : 30 000 dont à pourvoir chaque année, au cours de la prochaine décennie, dans l’enseignement. En 2007, les recrutements se sont répartis comme suit : 11 250 enseignants dans le premier degré, 12 000 dans le secondaire et 3 500 dans le supérieur (professeurs d’université, maîtres de conférences et autres personnels de l’enseignement supérieur). 1/4 des métiers de l’enseignement sont des métiers  » non enseignants « : inspecteur d’académie, chef d’établissement, conseiller d’orientation-psychologue, conseiller principal d’éducation, assistant d’éducation, gestionnaire, attaché ou conseiller d’administration scolaire et universitaire, secrétaire, informaticien, laborantin, infirmier, médecin scolaire, personnel ouvrier, technique, de service… Au total, plus de 400 000 professionnels du secteur de l’enseignement ne sont pas des professeurs à proprement parler. 10 bonnes raisons de devenir prof : transmettre son savoir à des jeunes, exercer un métier de contact, diversifié, jouir d’une grande liberté d’initiative, avoir la sécurité de l’emploi, des revenus stables, profiter d’horaires avantageux, disposer de seize à vingt-cinq semaines de vacances annuelles, se voir offrir des perspectives de carrière et profiter des recrutements importants. 2,5 millions d’élèves et d’étudiants suivent leur scolarité dans le privé (environ 898 000 dans le primaire, plus d’un million dans le secondaire et 390 000 dans l’enseignement supérieur). Ainsi près d’un cinquième des emplois se situent dans ce secteur.

59-1557 du 31 décembre 1959 sur la liberté de l’enseignement et les rapports avec l’enseignement privé. La réglementation des examens se fait à l’échelle nationale. La gratuité Le principe de gratuité de l’enseignement primaire public a été posé dès la fin du XIXe siècle par la loi du 16 juin 1881. La gratuité a été étendue à l’enseignement secondaire par la loi du 31 mai 1933. Les manuels scolaires sont gratuits jusqu’à la classe de troisième, ainsi que les matériels et fournitures à usage collectif. Dans les lycées, les manuels sont le plus souvent à la charge des familles. L’enseignement public est laïque depuis les lois du 28 mars 1882 et du 30 octobre 1886.

Elles instaurent l’obligation d’instruction et la laïcité des personnels et des programmes. L’importance de la laïcité dans les valeurs scolaires républicaines a été accentuée par la loi du 9 décembre 1905 instaurant la laïcité de l’État. La liberté religieuse a conduit à instituer une journée libre par semaine laissant du temps pour l’enseignement religieux en dehors de l’école. Cette obligation s’applique à partir de 6 ans, pour tous les enfants français ou étrangers résidant en France. 13 ans, puis 14 ans à partir de la loi du 9 août 1936.

59-45 du 6 janvier 1959, elle a été prolongée jusqu’à l’âge de 16 ans révolus. Le domaine de l’éducation est régi par des principes fondamentaux dont certains sont formulés dans la Constitution de la République, d’autres par la loi. L’ensemble des textes réglementaires concernant l’éducation sont réunis dans le code de l’éducation. Les concours de recrutement externes et internes sont organisés par sections qui peuvent comprendre des options.

Ils comportent des épreuves d’admissibilité et des épreuves d’admission. L’admissibilité consiste en une série d’épreuves écrites et anonymes qui permettent l’accession aux épreuves orales d’admission. Un jury est institué pour chacune des sections, et éventuellement options, de chacun des deux concours. Chaque jury comprend un président et, si besoin, un ou plusieurs vice-présidents. Le président et les vice-présidents sont nommés par le ministre chargé de l’éducation, sur proposition du directeur chargé des personnels enseignants. Le président est choisi parmi les inspecteurs généraux de l’éducation nationale, les professeurs des universités et les maîtres de conférences.

Le jury peut se diviser en plusieurs groupes d’examinateurs. I du répertoire national des certifications professionnelles. De plus, sont dispensés de la détention du master, toutes les personnes étant ou ayant été professeurs certifiés, professeurs d’éducation physique et sportive, professeurs de lycée professionnel et professeurs des écoles, dans l’enseignement public ou privé. Les concours internes sont réservés aux fonctionnaires et aux maîtres des établissements d’enseignement privés sous contrat ayant au moins cinq années d’ancienneté, y compris en tant que stagiaire, et étant titulaire du master ou d’un diplôme équivalent.

De plus, comme pour les concours externes, sont dispensés de la détention du master, toutes les personnes étant ou ayant été professeurs certifiés, professeurs d’éducation physique et sportive, professeurs de lycée professionnel et professeurs des écoles, dans l’enseignement public ou privé. Des préparations aux épreuves des concours sont faites dans les universités et les écoles normales supérieures. Le concours d’agrégation de la faculté des arts est apparu en 1766 au sein de l’université de Paris. Il visait à pallier la carence de personnel enseignant provoquée par la soudaine expulsion des Jésuites décidée en 1764. Leur départ subit provoqua une demande d’enseignants et posa le problème de leur recrutement.