Les poissons tropicaux PDF

Un poisson abyssal, poisson des abysses ou poisson des profondeurs est une espèce de poissons qui passe la plus grande partie de sa vie dans les abysses. Les poissons des abysses constituent un élément important de la faune abyssale et une ressource halieutique considérable. La haute mer est donc le plus grand habitat de la biosphère terrestre, pour la compréhension de la propagation de la biodiversité, l’les poissons tropicaux PDF des poissons abyssaux constitue un élément important.


Les poissons abyssaux sont divisés en deux types : les poissons dits benthiques, qui vivent près du fond de l’océan, et ceux dits pélagiques, qui flottent au milieu de l’océan, loin du fond. Les poissons abyssaux constituent une nouvelle ressource halieutique et de nombreuses espèces sont consommées par l’homme. Mais l’épuisement des stocks des eaux de surface provoqué par la surpêche accentue le prélèvement d’espèces profondes, mettant en danger ces espèces au métabolisme lent. La découverte de poissons dans les abysses est récente, mais elle ne date pas d’hier. Mais lors de ces prises miraculeuses, la brutalité de la décompression et du changement thermique était telle que les poissons mouraient rapidement. En effet, la plupart des poissons abyssaux ne sont pas capables de survivre à la surface, et les tentatives de les garder en captivité ont toutes échoué. Otis Barton à côté d’une bathysphère.

L’invention des premiers submersibles pendant la Première Guerre mondiale à des fins militaires, mais également académiques, marque le début de l’exploration des abysses par l’homme. Atlantique et sur les monts sous-marins du Pacifique. En 1960, les États-Unis avaient pour objectif de descendre dans la fosse des Mariannes, déjà connue à l’époque comme le point le plus profond du monde, avec l’un des bathyscaphes Trieste. 1952, le nom scientifique de cette espèce vient du nom du navire de l’expédition, Galathea. Pour analyser la capacité d’adaptation aux basses températures et aux pressions extrêmes des poissons abyssaux, il faudrait maintenir en vie les échantillons capturés le plus longtemps possible, cette prouesse pourrait bientôt devenir possible en laboratoire. Toutefois, pour capturer les poissons vivant en eau profonde il reste de nombreuses difficultés pratiques.

Le problème le plus important est la température de l’océan qui augmente et la décompression rapide lors de la remontée, les dommages seraient mortels pour les échantillons dans de nombreux cas. Les techniques de capture ont continué à s’améliorer avec le développement des techniques d’exploration des abysses. Dès les années 1970, les premiers récipients à basse température sont inventés. Puis en 1979, les premiers récipients capables de maintenir une haute pression voient le jour, avec une amélioration considérable dans les années 1980. 2000, un dispositif pour remonter à haute pression les poissons des profondeurs. Le récipient central est de forme sphérique pour résister à la pression du réservoir sous pression, capable de maintenir la pression interne.

Le long du plateau continental et des zones côtières à proximité des terres sont divisées horizontalement en haute mer. Dans la zone mésopélagique, de 200 à 1 000 m, seule la longueur d’onde bleue parvient à pénétrer, ce qui n’est pas suffisant pour réaliser la photosynthèse. La zone bathypélagique, de 1 000 m à 3 000 m de profondeur, ne reçoit plus aucune lumière solaire. Cette zone rassemble au moins 200 espèces. C, non plus peu de changement.