Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary PDF

Père-Lachaise – Division 87 – Hocquenghem 01. Exclu de la Ligue communiste à sa fondation en 1969, Hocquenghem participe à plusieurs expériences politiques se réclamant du maoïsme et de la révolution culturelle et dites « mao-spontex ». Le 10 lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary PDF 1972, il publie un autoportrait dans le Nouvel Observateur dans laquelle il annonce publiquement qu’il est homosexuel. Il est également chargé de cours de philosophie à l’université de Vincennes-Paris-VIII, aux côtés de René Schérer, Gilles Deleuze et François Châtelet, au sein du département fondé par Michel Foucault.


Avant de mourir, à 41 ans, Guy Hocquenghem a tiré un coup de pistolet dans la messe des reniements. Il fut un des premiers à nous signifier que, derrière la reptation des  » repentis  » socialistes et gauchistes vers le sommet de la pyramide, il n’y avait pas méprise, mais accomplissement, qu’un exercice prolongé du pouvoir les avait révélés davantage qu’il les avait trahis. On sait désormais de quel prix – chômage, restructurations sauvages, argent fou, dithyrambe des patrons – fut payé un parcours que Serge July résuma un jour en trois mots :  » Tout m’a profité.  » Cet ouvrage qui a plus de quinze ans ne porte guère de ride. L’auteur nous parle déjà de Finkielkraut, de BHL, de Cohn-Bendit, de Bruckner. Et déjà, il nous en dit l’essentiel. On ignore ce qu’Hocquenghem aurait écrit d’eux aujourd’hui, on sait cependant que nul ne l’écrira comme lui. Lui qui appartenait à leur très encombrante  » génération  » – celle des Glucksmann, des Goupil, des Plenel et des Kouchner – se hâtait toutefois de préciser :  » Ce mot me répugne d’instinct, bloc coagulé de déceptions et de copinages.  » Il aurait souhaité qu’elle fût moins compromise, en bloc, par les cabotinages réactionnaires et moralistes de la petite cohorte qui parasita journaux et  » débats « . Il aurait essayé d’empêcher qu’on associât cette  » génération « -là aux seuls contestataires qui ouvrirent un plan d’épargne contestation avec l’espoir d’empocher plus tard les dividendes de la récupération. Renonçant aux apparences de la bienséance, de la suavité bourgeoise propres à ceux qui monopolisent les instruments de la violence sociale, Guy Hocquenghem a usé de la truculence, de la démesure. Il a opposé sa clameur à la torpeur des temps de défaite. Son livre éclaire le volet intellectuel de l’ère des restaurations. Les forces sociales qui la pilotaient il y a vingt ans tiennent encore fermement la barre ; les résistances, bien qu’ascendantes, demeurent éparses et confuses. Nous ne sommes donc pas au bout de nos peines. Les repentis ont pris de l’âge et la société a vieilli avec eux. L’hédonisme a cédé la place à la peur, le culte de l' » entreprise  » à celui de la police. Favorisés par l’appât du gain et par l’exhibitionnisme médiatique, de nouveaux retournements vont survenir. Lire Guy Hocquenghem nous arme pour y répondre avec ceux qui savent désormais où ils mènent. SERGE HALIMI

Il a également soutenu en 1974, à l’Université de Vincennes, une thèse de philosophie intitulée Volutions. Dans les années 1980, il est l’auteur d’une oeuvre romanesque qui remporte un vif succès critique. Pamphlétaire, il est aussi l’auteur de La Beauté du métis en 1979, ainsi que de la Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary, dans laquelle il pourfend le reniement de leurs idées par ses anciens compagnons de militantisme. Guy Hocquenghem meurt des suites du sida en 1988, à l’âge de quarante et un ans. Ses cendres sont conservées au colombarium du cimetière du Père-Lachaise. Hocquenghem pousse la logique d’un relativisme social et historique de l’homosexualité, ce qui revient à une analyse de civilisation plutôt qu’à une analyse politique des années 1970 et 1980. Il fallait découvrir des pistes menant hors des impasses léguées par la modernité et ses catégories du soi, du sujet, de l’identité, de la raison et de la nation.

La Colère de l’Agneau est une vie de saint Jean, une épopée du monde méditerranéen du premier siècle de l’ère chrétienne. 1986, des gauchistes de Mai 68 qui ont trahi, par opportunisme, l’idéal de leur jeunesse. Le Désir homosexuel, Paris, Éditions universitaires, 1972. Réédité en 2000 par Fayard avec une préface de René Schérer.

Fin de section, Paris, Christian Bourgois, 1975 . Co-ire : album systématique de l’enfance, revue Recherches, no 22, 1976. La Beauté du métis : réflexions d’un francophobe, Paris, Ramsay, 1979. Réédité en 2015 par les éditions Serge Safran, avec une préface de . Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary, Paris, Albin Michel, 1986. Réédité en 2013 par les Éditions du sandre, avec un avertissement de René Schérer. Une photo de classe de 4e le montre à l’âge de douze ou treize ans.

Il est au centre de la photo, au 2e rang en partant du haut. Non loin de la Vallée-aux-Loups, la demeure de Chateaubriand. Julian Bourg, French pedophiliac discours of the 1970s, in Between Marx and Coca-Cola : youth cultures in changing European, societies, 1960-1980, Berghahn Books, 2005, p. Antoine Bourguilleau,  1968-1986 : « dix-huit ans d’ex-gauchisme » dénoncés par Guy Hocquenghem , slate.

Le même auteur a réalisé en 2006 le documentaire La Révolution du désir. Version éditoriale numérique de Trois milliards de pervers, 2002. Préface de Gilles Deleuze à L’Après-mai des faunes. Guy Hocquenghem joue dans la séquence 4 Royal Opéra. Bill Marshall, Guy Hocquenghem, Londres, Pluto Press, 1996.

Antoine Idier, Les vies de Guy Hocquenghem : politique, sexualité, culture, Paris, Fayard, 2017. Mai 68 – Mai 88, un débat de l’émission Écran Témoin de la Radio-télévision belge de la Communauté française, mai 1988, voir en ligne. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 30 septembre 2018 à 16:26.