Lettres à la marquise de Coigny PDF

Elle est la sœur d’Emmanuel de Grouchy, le maréchal d’Empire, protagoniste malheureux de la bataille de Waterloo. Esprit brillant marqué par un fort scepticisme religieux, sa beauté et son intelligence séduisent le philosophe Nicolas de Condorcet, de vingt ans son aîné. Sophie de Grouchy épouse Condorcet lettres à la marquise de Coigny PDF 28 décembre 1786, dans la chapelle du château de Villette, le mariage ayant pour témoin La Fayette.


Les « adorables lettres de Ligne à la marquise de Coigny » sont, dit Sainte-Beuve, des « bulletins de féerie et d’enchantement ». Elles sont la relation pétillante, à bâtons rompus, du fameux voyage de Crimée effectué en 1787 par Catherine II en compagnie de l’empereur Joseph II d’Autriche, de Potemkine, des ambassadeurs des grandes puissances européennes, du prince de Nassau…
Tout un monde fastueux et chamarré revit dans ces missives où le prince de Ligne note « les dernières magnificences de l’Europe », Catherine II « réunissant le luxe asiatique à celui de Louis XIV, des Grecs, des Romains et des Mille et une nuits ».

Outre ses Lettres sur la sympathie, elle a traduit Thomas Paine et Adam Smith. Adam Smith, Théorie des sentimens moraux, ou, Essai analytique sur les principes des jugemens que portent naturellement les hommes, d’abord sur les actions des autres et ensuite sur leurs propres actions, traduit de l’anglois sur la septième et dernière édition par Marie-Louise-Sophie de Grouchy Condorcet, Marquise, Paris, F. Frédéric Bidouze, Les Parlementaires, les lettres et l’histoire, Publications de l’Université de Pau, 2008, p. Antoine Guillois, La Marquise de Condorcet : sa famille, son salon, ses amis, 1764-1822, éditions Ollendorff, 1897, p. Sophie de Condorcet, d’Aimée de Coigny et de quelques autres cœurs sensibles, Paris, C. Jacques-Alphonse Mahul, Annuaire nécrologique, ou Supplément annuel et continuation de toutes les biographies ou dictionnaires historiques, 3e année, 1822, Paris : Ponthieu, 1823, p.

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 10 janvier 2019 à 12:51. Rue La Boétie vue en direction des Champs-Élysées. La rue La Boétie est une rue du 8e arrondissement de Paris. Sous la Révolution française et jusqu’en 1815, la rue porta le nom de  rue de l’Union . Elle reprit ensuite sa dénomination initiale jusqu’en 1830, date à laquelle elle devint la  rue de la Charte .

Mac-Mahon  et  rue Pierre-Charron  après 1871. Avons décrété et décrétons ce qui suit : Article 4. No 2 : ici se trouvait la galerie Guy Stein, active en 1938. Nana d’Émile Zola :  De la musique, la causerie était tombée aux fournisseurs. Jacques Massol, de 1957 à 1982. No 19 : l’écrivain britannique d’origine américaine Henry James y habita en 1856. Plaque commémorative Paul Rosenberg au no 21.