Mademoiselle Chon du Barry PDF

Un courtisan ou une courtisane est étymologiquement une personne qui demeure à la cour du souverain. Au contraire de la courtisane, le courtisan n’a aucun rapport avec la prostitution. Il ne faut pas seulement qu’ils fassent ce qu’il ordonne, mais aussi qu’ils pensent ce qu’il veut, et souvent même, pour le satisfaire, qu’ils mademoiselle Chon du Barry PDF aussi ses propres désirs.


Comment réussir quand on est pauvre et laide dans un monde où rien ne se fait hors du plaisir et de l’argent ? Frédéric Lenormand raconte les aventures picaresques et enlevées de Chon du Barry, belle-sœur de la favorite de Louis XV, depuis la cour de Versailles jusqu’aux tempêtes de la Révolution. Bien vu, aussi rigoureux que léger, ce joyeux divertissement ressuscite avec allégresse la société insouciante du XVIIIe siècle à travers le regard incisif d’une aventurière de salon.

Le mot  courtisane  peut être employé comme un euphémisme pour désigner une prostituée de luxe. Second Empire, ou le terme plus élégant de demi-mondaine. Cet emploi semble venir du fait que les femmes haut placées à la cour des rois de France ont souvent été les maîtresses du souverain, d’où un glissement de sens de  courtisane  à  maîtresse intéressée , puis prostituée. Courtisane  conserve cependant une connotation luxueuse qui en fait une catégorie à part dans le monde de la prostitution.

L’argent, la célébrité, les titres de noblesse restent l’objectif premier de la courtisane et de faire oublier ce passé érotique, elles représentent le côté romantique et idéalisé de la prostitution. Alors que les autres  prostituées  vont avec le peuple, les soldats et meurent souvent sans argent et de maladies sexuelles. C’est pourquoi elles ne sont pas considérées comme courtisanes. Portrait d’une dame par Paolo Uccello, circa 1450, Florence. Vénus, Aphrodite, d’une vierge ou encore les trois âges souvent sans citer leur véritable nom.