Maisons du Viêt Nam PDF

La culture chinoise couvre un ensemble immense et complexe de réalisations dans les maisons du Viêt Nam PDF les plus divers, dont les plus anciennes remontent à 10 000 ans, qui ont vu le jour sur le territoire de la Chine, l’une des plus vieilles entités géo-politiques du monde moderne. Le développement économique de la Chine remet en cause les traditions et les arts populaires, particulièrement dans les régions de l’intérieur. Articles détaillés : Jeu chinois et Jeux de ruelle à Shanghai.


La cuisine chinoise, l’une des plus réputées au monde, est à la fois liée à la société, à la philosophie et à la médecine. Elle distingue le cai, légumes cuisinés et par extension tout ce qui accompagne les céréales, le fan. Les aliments yin, féminins, humides et mous, donc rafraîchissants, sont les légumes et les fruits. Les aliments yang, masculins, frits, épicés ou à base de viande ont un effet réchauffant.

Un repas doit donc non seulement harmoniser les goûts, mais également trouver un équilibre entre le froid et le chaud, les couleurs et les consistances. Le thé chinois est bien plus qu’une simple boisson d’agrément. Il représente en Chine une véritable institution sociale et culinaire. On retrouve cette institution chez certains pays voisins de la Chine, dont le Japon et la Corée. La médecine traditionnelle chinoise constitue un des aspects les plus étranges de la civilisation chinoise. Les décoctions de médecine traditionnelle, prescrites à la fin d’une consultation, sont destinées à  rééquilibrer les principes vitaux , contrebalancer les mouvements de chaud et de froid, à l’instar des médecines présocratiques en Occident.

Un autre mode d’intervention du médecin chinois est l’acupuncture : suivant les méridiens ou lignes de flux vital parcourant le corps, des aiguilles sont plantées à travers la peau pour rétablir une circulation optimale du souffle vital ou qi. Les Chinois se soignent également des douleurs musculaires à l’aide de la Gua Sha, technique qui consiste à  sortir  les toxines en raclant la peau, notamment sur le dos. On peut considérer la médecine chinoise traditionnelle comme essentiellement indirecte dans ses moyens et préventive dans ses fins. Les Chinois tendent à être constamment attentifs à leur état, à l’affut de signes de déséquilibre qu’ils chercheront à corriger par l’alimentation ou l’usage de remèdes traditionnels ou  alternatifs . Les arts martiaux chinois, popularisés sous le nom de kung-fu ou boxes chinoises, également désignés par le terme mandarin wushu ou guoshu, sont constitués des centaines de styles différents de combat à main nue ou armé, qui ont été développés en Chine au fil des siècles. De nombreuses références aux concepts et pratiques des arts martiaux chinois peuvent être trouvés dans la culture populaire.

Les Chinois se disent souvent fiers de quatre grandes inventions : la boussole, la poudre à canon, le papier et l’imprimerie. Les mathématiques en Chine se remarquent d’abord par la numération chinoise et la technique de la multiplication en Chine antique. Le papier, autre invention chinoise, a servi à imprimer toute une littérature en chinois par la gravure sur bois, ce qui permettait dans ces livres d’accompagner le texte par l’image. Articles détaillés : Céramique chinoise, Sancai et Céladon. Les céramiques peintes, les briques estampées et les peintures antiques conservées témoignent de la concision graphique typique des artistes chinois.

Les artisans peintres utilisaient abondamment les couleurs et traitaient tous les sujets décoratifs et religieux dans un style graphique précis. Ce genre de peinture a fait l’objet d’une abondante littérature théorique et critique en Chine, dès les premiers temps, par les lettrés eux-mêmes. L’artisanat chinois a donné au monde la porcelaine. Lorsque le Japon a découvert la Chine, celle-ci vivait l’une de ses périodes les plus brillantes, avec la dynastie Tang, où l’éclat artistique allait de pair avec l’innovation technologique, l’expansion territoriale et l’ouverture sur le monde, au travers de la route de la soie. Sur le plan philosophique et religieux, la Corée a reçu de la Chine l’influence du taoïsme et du confucianisme.

C’est aussi au travers de la Chine que le bouddhisme est arrivé en Corée. Le Viêt Nam a appris en particulier de la Chine sa culture religieuse et confucianiste. Le nord du Viêt Nam, en particulier, envahi par la Chine de 111 av. Chinois en route vers les sources du bouddhisme. La littérature chinoise a une place à part dans l’histoire de l’humanité, étant donné le culte réservé à la chose écrite en Chine et le caractère unique des caractères chinois, qui tirent leur origine de rites divinatoires et se différencient radicalement des systèmes phonétiques utilisés dans la majorité des autres langues.