Martha Argerich : L’enfant et les sortilèges PDF

Enfant prodige du piano, elle a apporté à l’martha Argerich : L’enfant et les sortilèges PDF du répertoire romantique et moderne un souffle nouveau qui l’a propulsée rapidement sur le devant de la scène internationale. Artiste exigeante et femme de caractère, elle n’accorde que peu d’entrevues, et ne joue plus, depuis quelques années, qu’en formation de musique de chambre ou avec orchestre. Elle est considérée comme une des pianistes les plus talentueuses de son époque. Martha Argerich en 1962 à l’âge de 21 ans.


Ses grands-parents maternels, quant à eux, étaient des juifs russes. Ses dons pour la musique sont remarqués dès l’âge de deux ans et demi. Vincenzo Scaramuzza qui lui donnera ses premières leçons de piano et favorisera le développement de sa sensibilité et de son lyrisme naturels. En 1949, à l’âge de huit ans, elle joue en concert le Concerto pour piano no 1 en do majeur, op. 15 de Beethoven, le Concerto pour piano no 20 en ré mineur, K.

En 1955, la famille Argerich émigre en Europe. De tous ses professeurs, Argerich confie que c’est Gulda qui a été le plus important pour elle :  De tous mes professeurs Gulda a été celui qui m’a le plus aidée. C’est lors de ce dernier concours qu’elle rencontre Michelangeli à qui elle demandera des leçons quatre ans plus tard. En 1965, elle fait sa marque lors du Concours international de piano Frédéric-Chopin de Varsovie. Martha Argerich est la première à se présenter sur scène.

Elle a déjà attiré l’attention du public par la qualité de son jeu lors des éliminatoires. Sa prestation est alors attendue avec fébrilité. L’année suivante, elle commence une carrière professionnelle au Lincoln Center de New York. Son caractère entier se manifeste jusque dans sa discographie : aucune grande série d’œuvres d’un même compositeur à l’instar de Brendel, d’Ashkenazy ou de Pollini. Elle interprète ce qu’elle aime au gré de sa fantaisie. Martha Argerich a été mariée trois fois.

De nature généreuse, Martha Argerich œuvre sans relâche afin de promouvoir de jeunes talents. Elle participe à de nombreux jurys lors de concours importants et possède une réputation de juge opiniâtre. Elle a ainsi démissionné de son poste de juré lors du Concours international de piano Frédéric-Chopin de 1980 lorsque le pianiste croate Ivo Pogorelić fut éliminé au deuxième tour. Martha Argerich réside présentement à Bruxelles avec sa fille Stéphanie et accueille régulièrement de jeunes pianistes. Martha Argerich possède également un pied-à-terre dans le seizième arrondissement de Paris, dans le même immeuble qu’habite Nelson Freire. En 1990, Martha Argerich a été traitée avec succès pour un mélanome.