Maths Secteur industriel CAP groupements A et B PDF

La rade de Lorient vue du ciel. Cité portuaire encore active et arsenal maritime au fond de la rade de Lorient, la ville est au cœur de l’unité urbaine de Lorient qui est la plus importante du département et maths Secteur industriel CAP groupements A et B PDF classe au troisième rang en région Bretagne. Lorient est créée en 1666 dans un domaine appelé  l’Enclos  et se développe en dehors de celui-ci.


Kerentrech, Merville, La Perrière, Calvin et Keryado constituent les faubourgs de la ville. L’ensemble est clos par des murailles érigées en 1744. La ville s’étend en absorbant le faubourg de Kerentrech en 1791 et celui de Merville en 1808. Carte géologique de la région lorientaise.

C le 10 août 2003 lors de la canicule. Lorient 1981 – 2010 Mois jan. La présence de monuments mégalithiques confirme le peuplement du pays de Lorient à partir de 3 000 ans av. Elle reçoit par une ordonnance de Louis XIV de juin 1666, des terres à Port-Louis ainsi que de l’autre côté de la rade au lieu-dit du Faouédic. L’implantation est plusieurs fois menacée d’abandon les années suivantes, mais en pleine guerre de Hollande, la Compagnie des Indes décide en 1675 d’abandonner sa base du Havre, trop exposée en temps de guerre, et d’y transférer ses infrastructures. La ville se développe en dehors du périmètre de l’Enclos à la suite d’un arrêt de 1700 qui oblige les populations à quitter les abords de celui-ci pour s’installer sur la grande lande du Faouédic. En 1709, la paroisse de Lorient est créée à partir de celle de Ploemeur.

La ville connait une nouvelle période de croissance lorsque John Law de Lauriston crée la Compagnie perpétuelle des Indes en rachetant plusieurs autres compagnies commerciales, et qu’il choisit Lorient comme base pour ses opérations. La ville profite de la prospérité de la Compagnie, et l’on compte 14 000 habitants en 1738, et 20 000 en comptant la population des faubourgs de Kerentrech, Merville, La Perrière, Calvin, et Keryado. En 1735, on trace de nouvelles rues tirées au cordeau dans l’intramuros, et en 1738 la ville acquiert le statut de communauté de ville. La guerre d’indépendance américaine amène à celle-ci un surcroit d’activité à partir de 1775, et plusieurs corsaires utilisent la ville comme port d’attache. Le tramway de Lorient sur le Pont tournant, vers 1917. Restauration et la Monarchie de Juillet. La première forme de radoub est agrandie et une deuxième est ouverte en 1861.

La marine de guerre rapidement accroissait les tonnages et le tirant d’eau de ses unités. Le port de pêche se développe après la guerre de 1914-1918 : l’apparition du moteur sur les bateaux de pêche rend Lorient aussi compétitif que Groix et Étel. Le port de pêche de Kéroman est créé à partir de 1920. En 1898 est créé le réseau du tramway de Lorient développant plusieurs lignes à travers la ville.

En 1941, les Allemands, qui occupent alors la France, choisissent d’établir à Kéroman un des quartiers généraux de leur flotte sous-marine. Mais très vite, les sous-marins seront l’objet de constants bombardements de la part de l’aviation alliée. La ville de Lorient,  morte pour la France , est décorée de la Légion d’honneur en 1949 et de la Croix de guerre 1939-1945. Port de pêche : chalutier de l’armement Scapêche d’Intermarché. Dès 1943, c’est l’architecte urbaniste Georges Tourry qui est nommé responsable du projet de reconstruction. En avril 1945, le ministère de la Reconstruction préconise la construction de baraques provisoires en bois.

La période dite provisoire durera entre 10 et 40 ans selon les implantations. La plus grande cité de la reconstruction, Soye, verra sa dernière baraque partir en 1991. Dans le centre-ville, seuls quelques bâtiments subsistent pour témoigner de l’époque de la Compagnie des Indes. Attestée sous la forme Lorient en 1670. Le nom de la ville provient de celui du Soleil de l’Orient, premier navire construit dans les chantiers de la Compagnie des Indes en 1669. Les ouvriers ont donné au chantier le nom du navire qui, par contraction, est devenu rapidement  L’Orient .

En breton, le nom de la ville est An Oriant en orthographe unifiée et En Oriant en orthographe vannetaise traditionnelle. Les armoiries de la ville de Lorient furent fixées en 1744 : Un écu de gueules à un vaisseau d’argent voguant sur une mer de sinople et un soleil d’or se levant derrière des montagnes d’argent, posées au flanc droit de l’écu et un franc-canton d’argent semé de mouchetures d’hermines de sable. L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Nombre de logements 32 994, dont 30 527 en résidence principale. Article connexe : Élections municipales de 2014 dans le Morbihan. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète.

Article détaillé : Liste des maires de Lorient. Lorient depuis le 2 avril 1998. Le conseil municipal des enfants a été créé en 1988. Depuis 2015, Lorient est divisée en deux cantons appelés Lorient-1 et 2. Lorient Agglomération gère directement la collecte des ordures ménagères dans 13 communes de l’agglomération, les espaces verts de l’agglomération, la distribution et la facturation de l’eau potable à Lorient et Lanester. 31 décembre 2004 au pays de Lorient : 8 699.

Née d’une décision gouvernementale, Lorient a toujours dépendu de décisions économiques du pouvoir central. Les avatars des compagnies des Indes, de l’Arsenal, du port de pêche même, ont toujours suivi le sort de politiques nationales. Le port de pêche affronte la raréfaction des poissons. 3 000 emplois directs dont 700 embarqués et 130 bateaux immatriculés au port de Lorient.

880 mètres de pontons du pôle course au large récemment aménagés sur le site de l’ancienne base de sous-marins de Kéroman, et réservés aux bateaux de course, de location et aux vedettes de passagers. Port militaire : près de 3 800 personnes travaillent entre l’arsenal et Lann Bihoué. Elle gère l’aéroport, et le port de commerce de Kergroise. En voiture par la route nationale 165. Depuis 2007, le réseau de transports collectifs en site propre  Triskell  a permis de réduire légèrement le temps de trajet de Lorient à Lanester, mais aussi de faciliter l’accès aux personnes à mobilité réduite sur quelques lignes. En train : la SNCF assure 8 allers-retours en TGV Paris-Lorient sur des lignes directes. De nombreuses liaisons quotidiennes sont également assurées au niveau régional par les TER.