Mes bouteilles à la mer contenaient des tempêtes PDF

Pityuses et l’une des quatre îles habitées de l’archipel des Baléares. Celui-ci forme l’une des dix-sept communautés autonomes d’Espagne, en mer Méditerranée, dont l’île mes bouteilles à la mer contenaient des tempêtes PDF’Ibiza est l’une des provinces.


Au commencement de la poésie est l’épopée. Achille au pied léger, Ulysse ou Gilgamesh, affrontant passions, destin, versatilité des dieux, forgent les mythes fondateurs de leur groupe et de l’humanité. Mais si leurs aventures nous font encore vibrer, c’est grâce à leur « mise en art », qui suscite l’émotion poétique. Dans son œuvre, littéraire comme picturale, Monique Thomassettie renoue avec cette révélation de l’humain par le mythe poétisé. Mythe qu’elle forge ou plie à sa vision, tantôt inventant des héroïnes porteuses, tantôt féminisant les héros classiques. Dans son nouvel opus « Mes bouteilles à la mer contenaient des tempêtes », elle réinvente Icare et Dédale à la lumière de trois de ses tableaux, qui nous sont présentés en couverture, ainsi que du chef-d’œuvre de Bruegel. D’où le sous-titre : « Chanson de geste ». Icarielle “a glissé / à côté de son rêve”. La mer pour l’accueillir lui envoie “une vague perlée de lune / un toboggan ourlé d’écume”. Avalée par une bouteille, l’héroïne ressort en djinn, est reçue par un radeau, chevauche Pégase, glisse le long de l’arc-en-ciel… Rien d’anecdotique dans ces pérégrinations, chacune est méditation poétique sur ce qui baigne l’humain, le porte, le traverse et le constitue. La poésie est dès lors philosophie décapée, libérée du jargon. Elle établit des ponts entre mythe et mystique. Et si l’auteur revendique “de n’avoir pas lu tous les livres”, son chant épouse les grands textes mystiques de toutes les civilisations… » (Gilpro, Le Non-Dit, extrait d’article). Avec 6 reproductions de tableaux de l’auteur. Monique Thomassettie est un écrivain et peintre belge, auteur d’une quarantaine d’ouvrages dans les domaines de la poésie, du conte, de la nouvelle, du théâtre et du roman. « Ma peinture et mon écriture sont des formes différentes d’une même aspiration, d’une même tension, d’un même désir spirituel et gourmand (« le bon goût ») de découvrir, de recréer ou de créer un sens, une harmonie, un équilibre qui me comblent. Qui me comblent dans la mesure où ma forme (peinte ou écrite) est artistique. »

Cet essor galopant entraine aussi son contre-pied. Les habitants semblent ainsi récemment être tentés par un désir de passé folklorique et historique. Le nombre de touristes est évidemment élevé durant les mois de juin, de juillet et d’août. La ville principale, Ibiza, est réputée pour ses fêtes, ses plages et ses paysages. Il comporte de nombreux îlots, tels que celui de Tagomago, d’Es Vedrá d’Es Vedranell ou encore, de Castaví, à titre d’exemples. 475 mètres dans la Serra de Cala Molí à quelques kilomètres de Sant Josep, chef-lieu de commune. Cette lamelle dont la plus large part contenait au nord-est les terrains-supports de la Corse et la Sardaigne s’est rapidement fragmentée.

Les morceaux ont continué leur dérive. La différence de migration des morceaux méridionaux et septentrionaux s’explique autant par la formation du bassin provençal, c’est-à-dire du golfe du Lion que par la différence de compression due à la plaque africaine. Les îles Pityuses sont baignées par le courant marin côtier, dit  de Catalogne . Chaudes et sursalées, ses eaux de plus en plus denses circulent du golfe du Lion à la mer d’Alboran, baignant d’abord les côtes du Languedoc, puis de la Catalogne et de l’Andalousie jusqu’à Gibraltar. En de nombreux endroits, les précipitations sont inférieures à 500 mm d’eau par an. Le climat est plus sensible aux influences africaines du fait des vents chauds dominants venus du sud, assez forts et dominants pour faire tourner, autrefois, les ailes des moulins à vents. Ces vents africains expliquent en particulier la sécheresse de l’air.