N’avalons pas n’importe quoi ! PDF

La batterie d’Elon Musk peut-elle tout changer ? Vidéo : la présentation du Powerwall par Elon Musk. Le Powerwall est un dispositif de batteries pour stocker l’énergie de panneaux solaires ou du réseau électrique, afin d’utiliser l’électricité stockée lors des pics de demande, à savoir le matin ou en soirée, permettant donc d’utiliser l’énergie solaire quand on en a le plus besoin, ou n’avalons pas n’importe quoi ! PDF stocker de l’énergie achetée en heure creuse lorsqu’elle est facturée en heure pleine. Grosso modo, une batterie permet de fournir l’électricité dont la maison a besoin pour fonctionner le soir si le soleil est suffisant pour la recharger chaque jour.


Produits allégés, sans sucre… En apparence, jamais les grands groupes de l’alimentaire ne se sont autant souciés de notre santé. La réalité, hélas, est moins ragoûtante: la philanthropie affichée des industriels n’est qu’une façade derrière laquelle se cachent les pratiques habituelles, toujours à la limite du scandaleux, de ces rois du marketing.
L’enquête de Fabiola Flex l’a conduite à rencontrer nombre de responsables marketing de l’industrie – qui ont accepté de s’exprimer anonymement, pour des raisons évidentes, sur l’art et la manière de vendre du « bien manger » en faisant du business. Elle montre comment les industriels, en dépit de leur volonté affichée d’amélioration, ne cèdent que devant la pression, et toujours au dernier moment, lorsque leurs produits sont mis en cause. Elle analyse dans le détail la réalité scientifique derrière les affirmations du type « en quinze jours vous vous sentirez mieux », les bénéfices réels des produits allégés ou enrichis de vitamines. Elle passe au crible les rapports compliqués et pour le moins problématiques avec les experts en nutrition – dont les études et les recommandations sont le plus souvent ignorées ou mises au fond d’un tiroir…
Finalement, il apparaît que les grands de l’alimentaire auxquels nous avons tendance à faire confiance aveuglément, ne valent pas mieux que les spécialistes du fast-food ou de la confiserie en termes de santé alimentaire. C’est donc en citoyenne concernée que Fabiola Flex tire aujourd’hui la sonnette d’alarme.

Pour Musk, ses batteries permettent d’envisager ce que serait une transition vers un monde d’énergie durable. La question du stockage de l’énergie que se propose de relever Tesla est un problème épineux, comme le soulignait très bien le prospectiviste Jeremy Rifkin dans son livre, La troisième révolution industrielle. Elle est depuis longtemps le point faible du passage aux énergies renouvelables, dont le cycle de production est en grande partie intermittent. A court terme, le gain sera-t-il suffisant ? Pourtant, si le stimulant projet de Tesla propose l’une des premières réponses industrielles de qualité au besoin de stockage de l’énergie, ses effets pourraient bien être beaucoup moins séduisants qu’annoncés. Sur l’excellent Low Tech Magazine, Kris de Decker calcule, dans un papier très technique, l’avantage écologique de la solution proposée par Tesla. Au mieux, explique-t-il, cette solution pourrait améliorer d’un facteur 2 le dégagement de carbone.

Sur Telos, Vincent Champain de l’Observatoire du Long terme, fait un autre calcul. Ce qui modifie considérablement le coût de revient. A long terme, aurons-nous assez de Lithium ? Ce métal alcalin n’existe pas à l’état natif. Meridian International Research de 2007 émettait de sérieux doutes. Quel modèle de développement Musk propose-t-il ?

Sur son blog, comme beaucoup d’entre nous, le designer et urbaniste Dan Hill, s’enthousiasme pour la vision que propose Elon Musk. C’est la première fois que quelqu’un apporte un modèle cohérent pour le développement de batterie de stockage domestique. Le réseau électrique a été l’une des grandes inventions du XXe siècle, mais son organisation centralisatrice semble la rendre caduque pour le siècle qui vient, ironise Dan Hill. Bien sûr, les obstacles réglementaires que devra relever Musk seront nombreux. Le Powerwall n’en est qu’à la version 1.

Cette technologie, comme les précédentes, va transformer nos villes, assure l’urbaniste. Mais en même temps que les startups commencent à s’attaquer aux infrastructures de bases de la ville, nous devons nous poser des questions sur leur robustesse, sur leur facilité d’utilisation, sur l’universalité d’accès que ces nouveaux modèles proposent. Car ici, les transformations ne sont pas seulement numériques, rappelle Dan Hill : elles ont un impact dans la réalité, dans l’architecture même des villes de demain. Image : la présentation des batteries Powerwall par Tesla communiquent une certaine vision de l’habitat. Mais tout le monde n’a pas un garage assez grand pour y mettre une ou plusieurs batteries et voitures. Pourrons-nous acheter et louer ces batteries dans un modèle communautaire à l’image des infrastructures d’énergie renouvelables allemandes qui appartiennent à des individus ou des communautés plutôt qu’à des sociétés d’énergie traditionnelles ? Enfin, le modèle promu par Tesla pose aussi des questions sur l’épuisement de métaux critiques utilisés par les batteries lithium.

Celles-ci ne sont pas si écologiques que cela : à l’usine géante de Tesla qui sort de terre, répond une extraction, une prédation et une disparition accrue des métaux rares qui ne sont pas sans conséquences pour notre planète. Y’aura-t-il assez de lithium sur notre planète pour nous équiper tous de batteries ? Et plus encore pour les renouveler ? Autant de questions laissées de côté par le niveau d’ambition d’Elon Musk, conclu Dan Hill.

L’ambition et la vision ont toujours été la force de conception de la technologie, la force motrice de la conception et de la transformation de nos villes. 216 commentaires à La batterie d’Elon Musk peut-elle tout changer ? J’éviterais de parier contre ce gars et je souhaite bonne chance à tous ses concurrents s’ils décident de ne pas prendre le train en marche. Merci pour ce très intéressant commentaire. We Demain  indiquent que ça reste plus cher qu’EDF. En fait l’article s’intéresse uniquement au cas français. Mais EDF produit l’une des électricités les moins chères du monde.